Manchester City remporte la Coupe de la Ligue aux dépens de Chelsea

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
 Le milieu de terrain brsilien de Manchester City, Fernandinho, dans un duel physique avec N'Golo Kanté
Le milieu de terrain brsilien de Manchester City, Fernandinho, dans un duel physique avec N'Golo Kanté (Chelsea) | AFP - Adrian DENNIS

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Tenant du titre, Manchester City a conservé la Coupe de la Ligue en battant en finale, à l'issue de la séance des tirs au but (4-3), le club de Chelsea. A l'issue du temps réglementaire et de la prolongation, aucun but n'avait été marqué dans un match fermé. Cette rencontre a surtout été marquée par une scène surréaliste à la fin de la prolongation: Arrizabalaga, le gardien des Blues, a refusé de sortir, provoquant la rage de son entraîneur, Maurizio Sarri, qui était déjà sur la sellette.

Un joueur qui refuse d'être remplacé, c'est rare. Très rare même. Et que, suite à ce refus, l'entraîneur fulmine et fasse mine de retourner aux vestiaires alors même que le jeu se poursuit, ça l'est encore plus. Surtout quand le jeu est, du coup, arrêté pour permettre un changement qui n'aura finalement jamais lieu. Cela dénote bien un sacré malaise dans le camp de Chelsea, où cette scène surréaliste est intervenue en plus en finale de la Coupe de la Ligue anglaise. Et pas contre n'importe qui, puisque l'adversaire était Manchester City. Le match idéal pour donner à cette scène une ampleur médiatique décuplée.

Il y a deux semaines, Chelsea avait encaissé un cinglant et humiliant (6-0) à l'Etihad Stadium de Manchester City en championnat. Face à une équipe qui a gagné tous ses matches en 2019, hormis un seul (à Newcastle), soit 13 matches toutes compétitions confondues, Chelsea n'avait pas vraiment envie de revivre une telle mésaventure en finale de la Coupe de la Ligue.

Sarri sur la sellette et son autorité mise à mal en public

Avec la pression mise sur l'entraîneur Maurizio Sarri, qui jouait un peu sa tête sur ce match, les Blues étaient dos au mur. Dans un match cadenassé, où le premier tir (non cadré) est intervenu à la 22e minute, personne n'a fait la différence. Sans être brillant, Manchester City a dominé la première heure de jeu, conservant le ballon et occupant la moitié de terrain d'un Chelsea pas inspiré du tout. En seconde période, les "Blues" ont pris de plus en plus confiance, jusqu'à dominer la fin de match. Ils ont même cru pouvoir marquer sur une longue ouverture de Willian et un débordement d'Eden Hazard, mais N'Golo Kanté a mis au-dessus (66). Le Belge a une nouvelle fois apporté le danger sur un joli raid solitaire mais Pedro a fini par gâcher(76).

Dans cette prolongation tendue, le coach de Chelsea voulait remplacer son portier Arrizabalaga, victime de crampes depuis un sauvetage sur une frappe d'Agüero à la 117e minute, mais ce dernier a refusé d'être remplacé par Caballero. Cette attitude tend à démontrer que le coach italien n'a pas vraiment de prise sur son groupe, et que la fin de parcours n'est pas loin pour lui. D'ailleurs, Sarri a longuement pesté sur le bord du touche, prenant même la direction des vestiaires à plusieurs reprises, alors que la prolongation touchait à sa fin.

"C'est un grand malentendu"

A l'issue du match, le technicien a expliqué: "C'était un grand malentendu. J'ai cru qu'il était blessé, je ne voulais pas qu'il reste s'il était dans cette condition. Je voulais Caballero sur le terrain. Le gardien voulait juste me dire qu'il était encore bon pour la séance de tirs au but", a expliqué Sarri en conférence de presse. "Mentalement, Kepa avait raison mais pas forcément dans son comportement. J'étais très en colère. Je vais lui parler, il doit comprendre car nous pouvons avoir des problèmes, spécialement avec vous (la presse)", a continué l'Italien.

Un dernier épisode de l'ère Sarri à Chelsea ? On peut l'envisager. Car la séance des tirs au but n'a pas souri à ses Blues. Malgré une parade d'Arrizabalaga, David Luiz a trouvé le poteau alors que les deux équipes étaient à égalité (2-2). Et Sterling a offert la victoire aux Citizens, qui remportant cette compétition pour la 6e fois de leur histoire.