Manchester City
James Milner vient d'ouvrir le score pour City devant un Podolski dépité. | ADRIAN DENNIS / AFP

Manchester City ne lâche rien

Publié le , modifié le

Sous pression suite à la victoire de Manchester United face à Liverpool un peu plus tôt à Old Trafford (2-1) lors de la 22e journée du Championnat d'Angleterre, City n'a pas flanché pour venir à bout d'une équipe d'Arsenal rapidement réduit à 10 suite à l'expulsion de Koscielny.

Ce coup du sort précoce a certes été compensé par un carton rouge sévère infligé à Kompany à un quart d'heure de la fin, mais City avait déjà fait la  différence depuis longtemps en supériorité numérique grâce à Milner (21e) et  Dzeko (32e). En tout début de match, Koscielny avait été prié de quitter le terrain pour avoir ceinturé et plaqué Dzeko sur une balle haute dans la surface. Le Bosniaque s'est chargé de tirer le penalty, mais sa frappe a été détournée sur le poteau par le gardien Szczesny.

Diaby titulaire

Mais le sursis offert à Arsenal ne durait pas longtemps. Dix minutes plus tard,  Milner ouvrait la marque d'une frappe puissante au milieu d'une défense des "Gunners" apathique. Dominateurs malgré un Aguero blessé et un Nasri suspendu, les "Citizens" enfonçaient le clou à la 30ème minute grâce à Dzeko, dont la frappe à bout portant ne laissait aucune chance à Szczesny. 
 

Les joueurs d'Arsène Wenger, qui avait dû titulariser Abou Diaby pour son  retour à la compétition trois mois après une blessure à la cuisse en raison de  l'absence d'Arteta, lui aussi touché à l'entraînement, se sont épuisés dans de vaines offensives sans se créer beaucoup d'occasions. Giroud, entré peu avant l'heure de jeu, a eu l'une des meilleures, mais sa  tête est passée légèrement au-dessus (72).

Les Londoniens restent sixièmes à six points de Tottenham, quatrième et dernier qualifié pour la Ligue  des champions.

United garde le rythme

Emmenés par un Evra virevoltant et un Van Persie toujours aussi efficace, Manchester United a conforté son avance en tête du classement. Grâce à des réalisations signées de l'inévitable hollandais (19e) et Vidic (54e), les Red Devils ont géré leur avance mais se sont fait quelques frayeurs après la réduction du score de Liverpool par l'intermédiaire de Sturridge (57e). 

Entré à la pause en remplacement de Lucas Leiva, blessé, Daniel Sturridge, la nouvelle recrue des Reds, aurait d'ailleurs pu être l'homme du match s'il n'avait pas raté deux belles occasions aux 70e et 85e minutes. Largement dominateur durant la première heure de jeu malgré l'absence de Way Rooney, toujours blessé, United a été poussé dans ses retranchements suite à la réduction du score de l'international anglais. 

Vidic fait le break

Largement supérieurs à une équipe de Liverpool longtemps apathique, les  "Red Devils" auraient pu atteindre la mi-temps avec un plus grand avantage, mais Cleverley de volée (41) puis Van Persie d'une jolie talonnade (45e) ont  échoué de justesse. La récompense est arrivée à la 54e minute, avec un peu de réussite. Le  capitaine Vidic a marqué involontairement en déviant du visage un coup de tête à bout portant d'Evra, sur un coup franc. Le Serbe était peut-être en position de hors-jeu sur cette action.

Au lieu de se laisser abattre, les "Reds" ont été piqués au vif par ce coup  du sort. Entré à la pause pour la première fois en Premier League depuis son arrivée de Chelsea, Sturridge a relancé le suspense en reprenant un ballon repoussé par le gardien De Gea sur un bon tir de Gerrard (57e). On a vu alors un tout autre Liverpool, entreprenant et souvent dangereux  avec un Luis Suarez dans la plupart des bons coups, sous les yeux de José  Mourinho, venu "espionner" le futur adversaire du Real Madrid en huitième de finale de la Ligue des champions. Insuffisant néanmoins. 
 

Victor Patenôtre