Romelu Lukaku, le buteur de choix de MU
Romelu Lukaku, le buteur de choix de MU | Paul ELLIS / AFP

Lukaku, l'arme numéro une de Mourinho

Publié le , modifié le

Il est arrivé cet été contre 85 millions d'euros et il ne déçoit pas : Romelu Lukaku sera une nouvelle fois l'arme principal de Manchester United qui se déplace ce samedi sur la pelouse du rival Liverpool.

Nous sommes le 10 juillet dernier. A la surprise quasi-générale, Romelu Lukaku s’engage à… Manchester United alors que la planète football le voyait déjà évoluer sous le maillot de Chelsea. C’est l’histoire du plus gros “steal” comme disent les Américains de l’été dernier. Le coup que personne n’attendait et qui porte déjà le sceau de la réussite. Un coup à 85 millions d’euros quand même. Trois mois plus tard, Lukaku est meilleur buteur de Premier League (7 buts) et il emmène dans son sillage un Manchester United deuxième du championnat à égalité de points avec l’ennemi, City, le leader et premier de son groupe en Ligue des Champions.

Lukaku a retrouvé Mourinho

Près de deux mètres (1,91 m) sous la toise, 96 kilos, 47,5 de pointure, 118 cm de tour de poitrine, 35 km/h en vitesse de pointe, comme le rapporte 7 sur 7 en Belgique, les caractéristiques physiques de Romelu Lukaku sont impressionnantes. Outre son immense talent, ce sont ces qualités hors-norme qui lui ont permis de débuter à 16 ans à peine passés en Jupiler Pro League, la division 1 belge, avec Anderlecht. Il faut dire que chez les jeunes, Lukaku empile les buts avec une facilité déconcertante. Ciblé par les plus grands clubs, l’attaquant belge rejoint Chelsea en 2011, à 18 ans. Là-bas, il côtoie celui qui l’a fait venir à Manchester United cet été : José Mourinho. Les relations entre les deux hommes ne sont d’ailleurs pas au beau fixe. "J'étais jeune et monsieur Mourinho estimait que je n'étais pas encore prêt pour m'illustrer dans une équipe du top en Premier League. Il avait raison", concède aujourd'hui le Belge. "Il nous rejoint au bon moment dans sa carrière”, estimait cet été le technicien portugais. La suite lui donne raison.

A la lutte avec Kane

Force est de reconnaître qu’avec Lukaku, auteur de quatre saisons à plus de 20 buts toutes compétitions confondues en Angleterre, le risque était limité. A Everton, “Rom” affolait les compteurs jusqu’à terminer deuxième meilleur buteur de Premier League derrière le fantastique Harry Kane la saison dernière. Le duel entre les deux a d’ailleurs repris de plus belle cette saison mais c’est le Belge (7 buts) qui devance, pour le moment, la meute (Kane, Agüero, Morata tous à six buts). La presse et les supporteurs raillent Lukaku pour son côté fruste ? José Mourinho s’en accommode : “C'est un avant-centre, rappelle-t-il. Il ne participe pas beaucoup à la construction du jeu. Il est à l'aise quand il joue dans la surface de réparation, dos au but. Dans le Championnat d'Angleterre, qui est un championnat particulier pour les avant-centres, c'est bien d'avoir un joueur comme lui".

Face à Liverpool, seulement septième de Premier League à sept points (déjà !) des deux Manchester, United devrait une nouvelle fois compter sur son attaquant belge. La défense poreuse - elle fait partie des six pires arrière-garde du championnat anglais - de Liverpool est prévenue : Romelu Lukaku est dans la place !