Ranieri
Claudio Ranieri. | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

L’émouvant adieu de Claudio Ranieri

Publié le , modifié le

Après s’être fait licencier jeudi soir de Leicester, club qu’il avait mené au titre l’an passé au terme d’une aventure exceptionnelle, Claudio Ranieri a fait ses adieux à la ville anglaise. La fin d’un conte de fées.

« Hier mon rêve est mort ». Ni plus, ni moins. Claudio Ranieri avait vécu la saison passée l’une des plus belles épopées du football moderne, avec ce titre de champion d’Angleterre, aussi inattendu que splendide. C’était il y a neuf mois désormais, et les choses ont bien changé à Leicester. L’entraîneur italien a tenu à faire paraître un communiqué vendredi. « Après l'euphorie de la saison dernière, le titre en Premier League, tout ce dont je rêvais c'était de rester à Leicester City, ce club que j'aime, pour toujours. Malheureusement, ce ne sera pas le cas », commente dans cette lettre Ranieri, sacré entraîneur de l'année par la FIFA.

L’ancien entraîneur de Monaco a pris le temps de remercier ses proches, mais aussi ses deux adjoints, ainsi que le club qu’il a mené au firmament. Le tout, sans aucune once de colère, et avec une certaine classe : « Je me dois de remercier le club. L'aventure a été extraordinaire et je la porterai en moi pour toujours. Mes remerciements les plus sincères vont à tous les membres du club, aux joueurs, au staff, à tous ceux qui travaillent ici et grâce à qui cette victoire a été possible. Mais avant tout, aux supporteurs. Vous m'avez ouvert vos cœurs depuis le début et vous m'avez aimé tout de suite ».

Les propriétaires thaïlandais de Leicester ont essayé de trouver une solution à l’actuelle méforme de leur équipe, 17e de Premier League. Claudio Ranieri en a fait les frais. Son licenciement a ému la planète du football. Pas de quoi néanmoins rendre furibond ou plein de rancœur le technicien italien, qui conclut son communiqué par cette phrase : « Ce fut un plaisir et un honneur de remporter le championnat avec chacun d'entre vous ». En toute simplicité.

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou