Willian (Chelsea)
Willian (Chelsea) | RICARDO SAIBUN / AGIF

L'Angleterre, titan du mercato

Publié le , modifié le

Avec 745 M€ investis en deux mois, la Premier League est de loin le championnat qui a dépensé le plus à l'occasion de ce mercato d'été. L'Espagne, qui peut dire merci au Real Madrid, arrive en deuxième position ex aequo avec l'Italie (396 M€), devant la France (372 M€) et l'Allemagne (272 M€). Tour d'horizon des coups les plus retentissants des cinq plus gros championnats européens.

Si la course à la dépense devait être récompensée, c'est indéniablement l'Angleterre qui récolterait tous les lauriers. Ce mardi, le cabinet d'audit Deloitte a publié un tableau comparatif des dépenses et recettes sur le mercato d'été à l'aube de la saison 2013/2014, et proclame la Premier League "championne" du mercato, avec 745 M€ dépensés. Les clubs londoniens ont clairement contribué à ce marché XXL : Arsenal a déboursé, entre autres, 45 M€ pour s'attacher les services de Mesut Ozil, Chelsea a convaincu Andrea Schurrle (24 M€), Willian (38 M€) et Samuel Eto'o de rallier Stamford Bridge, alors que Tottenham a profité de la vente de Bale au Real Madrid (91-99 M€) pour faire venir du très beau monde : Paulinho en provenance des Corinthians (18 M€), Etienne Capoue (12 M€), Christian Eriksen (13 M€), et surtout les onéreux Erik Lamela (32 M€) et Roberto Soldado (32 M €).
Avec un seul transfert retentissant, (Fellaini pour 32 M€) Manchester United a été plutôt raisonnable. En revanche, côté City, on ne peut en dire autant : avec Fernandinho (40 M€), l'intenable Jesus Navas (18 M€), Jovetic (30 M€) et Demichelis, les Citizens ont fait dans l'ostentatoire.

Plus Bale l'Espagne

Il est incontestablement, avec Cristiano Ronaldo, Messi et Beckham, l’un des joueurs les plus connus et médiatisés au monde. Il ne s’agit pas de Gareth Bale, mais d’un jeune brésilien, tout fin, tout frêle, capable d’inventer des dribbles sur le moment. Ce joueur, c’est Neymar. Longtemps courtisé par le Real Madrid, l’ancien attaquant de Santos a rallié la Catalogne et le FC Barcelone pour la modique somme de 57 M€. Quant à David Villa, désormais barré par le prodige auriverde, il jouera cette saison pour l’Atletico Madrid, qui a dû débourser 5M€ pour s’attacher les services d’El Guaje. 

Quant au Real Madrid, il est, juste derrière Monaco, le club qui a le plus dépensé au monde ( 163,5 M€). Florentino Perez, le président de la Maison Blanche est donc en grande partie responsable des 396 M€ dépensés par l’Espagne. Avant Bale, les Merengues avaient déjà conclu les arrivées d’Isco, le prodige de Malaga (30 M€), d’Illaramendi (39 M€). Et puis, le grand rival du FC Barcelone a décidé de frapper un énorme coup. Le plus gros, depuis la signature de Cristiano Ronaldo en 2009. Pour Gareth Bale, le club entraîné par Carlo Ancelotti a cassé son cochon tirelire, et dépensé une somme comprise entre 91 et 99 M€.

A noter, et une fois n’est pas coutume, que la Liga a été le meilleur élève de ce mercato, puisqu’il est le championnat qui a le plus vendu. Le montant de ses recettes est évalué à 508 M€, contre 396 M€ de dépenses (soit un bénéfice de 112 M€).

Italie : La Juve, Naples, Rome et les autres

396 M€, c’est aussi le montant exact des dépenses globales des formations du Calcio. Si la Juve a frappé fort en bouclant les arrivées de Fernando Llorente (30 M€) et Carlos Tevez (12 M€), Naples et l’AS Roma, désormais entraîné par l’Espagnol Benitez et le Français Rudi Garcia, sont à gratifier de quelques très gros coups. Grâce à la vente d’Edison Cavani (64 M€), le Napoli a pu attirer Gonzalo Higuain (37 M€), José Callejon du Real Madrid (10 M€), Pepe Reina et Raul Albiol dans ses filets. Quant à la Louve, elle n’est pas en reste : avec Gervinho (8 M€), Strootman (16,5 M€), Ljalic (11 M€) et Maicon, l’AS Roma a réalisé l’un des meilleurs recrutements de la Série A.
Autres coups retentissants, les arrivées de Kaka au Milan AC (libre) et de l’allemand Mario Gomez à la Fiorentina.

L’Allemagne frileuse, la France en plein boom

Avec 372 M€ d’euros dépensés, la France peut dire merci à Paris et Monaco, les nouveaux riches de la Ligue 1, Paris et Monaco (voir le bilan du mercato français). Le club de la principauté a d’ailleurs été le plus actif sur la marché des transferts à l’échelle internationale, avec 166,2 M€ investis, juste devant le Real Madrid (163 M€)

De l’autre côté du Rhin, on a dépensé plus prudemment (272M€). Seuls le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ont véritablement cassé la tirelire. Gotze (37 M€) a rallié la Bavière, tandis que les récents vice-champions d’Europe ont craqué pour Pierre-Emerick Aubameyang (15M€) et Mkhitarian (27 M€). Si la Bundesliga est dans une meilleure santé financière que les autres championnats européens, ce n’est pas pour rien.
 

Jean Charbon