Lampard, Henry, Van Basten... Ces gloires qui ont échoué sur le banc de leur ancien club

Publié le , modifié le

Auteur·e : Coralie Salle
Frank Lampard
Lampard n'est pas sans ambition pour sa première saison à la tête des Blues. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Frank Lampard a été destitué de ses fonctions, ce lundi, après des mauvais résultats avec Chelsea. Idole de Stamford Bridge après y avoir joué pendant 13 ans, il y avait gagné notamment une Ligue des champions, 3 championnats, et un statut de meilleur buteur de l'histoire. Comme lui, de nombreux joueurs se sont cassés les dents en prenant place sur le banc de leur ancien club, qui avait fait d'eux des idoles. Voici cinq gloires du football qui ont échoué en tant qu'entraîneur.

• Frank Lampard : une première saison prometteuse, une seconde défectueuse

Après une première saison encourageante à Derby County, Frank Lampard est nommé entraîneur de Chelsea, son club de toujours. "Ma carrière de joueur est derrière moi. C'est un nouveau départ, en tant coach. Il faudra me juger sur ce que je fais à ce poste, en regardant devant", explique alors l'Anglais, lors de sa présentation à la presse en 2019. Et son premier exercice à la tête des Blues est plutôt concluant : sans pouvoir recruter, l'ancien milieu de terrain mène le club londonien en Ligue des Champions, puisqu'il termine quatrième de Premier League. Des pépites comme Mason Mount ou Tammy Abraham sortent du lot. Forcément, lors du mercato estival, les dirigeants de Chelsea voient les choses en grand : Thiago Silva, Timo Werner, Kai Havertz, Hakim Ziyech et Ben Chilwell arrivent et les attentes sont plus grandes. Frank Lampard n'arrive pas à combler le désir de ses dirigeants en obtenant des résultats peu satisfaisants. Il est licencié ce lundi 25 janvier.

 

• Thierry Henry : des relations compliquées avec ses joueurs

L'enfant prodigue revenait sur le Rocher. Après le licenciement de Leonardo Jardim en octobre 2018 pour manque de résultats, les dirigeants de l'AS Monaco pensent à Thierry Henry pour redresser la barre, lui qui était adjoint au sein de la sélection belge lors du Mondial 2018 rayonnant. Forcément les attentes sont grandes pour cette ancienne gloire du football, qui a disputé 141 matches et a inscrit 28 buts, avec le club de la Principauté. Et il va échouer. Le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France va avoir des relations compliquées avec ses joueurs. C'est ce qu'explique Aleksandr Golovin. Dans une interview accordée à l'ancien footballeur et youtubeur russe, Savin Evgeny, l'ancien joueur du CSKA Moscou va accabler son ancien coach : "Peut-être qu'il n'a pas pu faire abstraction de son passé de joueur. Il s'emparait du ballon et nous demandait d'essayer de le lui prendre. Les joueurs restaient calmes, même si certains ont peut-être été un peu choqués. Certains entraîneurs auraient dit "allez, faites-le ensemble", mais lui devenait nerveux et courait sur le terrain pour jouer et nous montrer des trucs..." Finalement, Thierry Henry est licencié en janvier à cause des mauvais résultats (il est 19e du championnat à ce moment-là) et est remplacé par Leonardo Jardim.

• Filippo Inzaghi : une saison décevante

Un ancien champion en remplace un autre. Après de mauvais résultats à la tête de l'AC Milan avec qui il a vécu de grandes heures de gloire (2 Ligue des champions, 1 championnat, 1 Coupe d'Italie...), Clarence Seedorf est limogé en 2014 et est remplacé par une autre ancienne gloire du club, Filippo Inzaghi. Le légendaire renard des surfaces italien, 4e meilleur buteur de l'histoire de la Serie A, va tenter de redresser la barre et faire une belle saison avec le Milan AC. Mais finalement, tout ne va pas se passer comme prévu. Après un exercice décevant à la tête du club lombard et une dixième place en Serie A, "Pippo" Inzaghi est licencié, en juin 2015. Il est remplacé par le Serbe Sinisa Mihajlovic.

• Santiago Solari : un passage express

Après des mauvais résultats, le Real Madrid décide de licencier Julen Lopetegui et de retenter le coup avec un ancien joueur : alors entraîneur du Castilla, Santiago Solari débarque à la tête de l'équipe première. Vainqueur de la Ligue des Champions en 2002, l'ancien joueur de l'Inter a joué 208 rencontres avec le club de la capitale espagnole. Ses débuts en tant que coach dans l'élite sont attendus avec impatience. Dès son arrivée, l'Argentin fait des choix forts : il ne souhaite plus utiliser Marcelo et Isco et intègre Sergio Reguilon, Federico Valverde et Marcos Llorente dans la rotation.

L'ancien milieu de terrain des Merengues gagne la Coupe du monde des clubs, son premier titre en tant qu'entraîneur, en décembre 2018. Cependant, il perd son poste en mars, après deux défaites consécutives contre le Barça en championnat et en Coupe du Roi, et une immense désillusion en Ligue des Champions. En effet, le Real Madrid est éliminé par l'Ajax Amsterdam en huitièmes de finale, après une claque au Santiago Bernabéu (4-1). Il est remplacé par une autre ancienne gloire du club, Zinédine Zidane

• Marco van Basten : "Comme entraîneur, je n'étais pas heureux"

C'était un rêve pour tous les Ajacides. Dans les années 80, Marco van Basten avait ébloui les supporters de l'Ajax Amsterdam, grâce à son talent exceptionnel et ses buts d'anthologie, avant de faire les beaux jours de l'AC Milan. Et finalement, il est nommé entraîneur de cette grande équipe néerlandaise en juillet 2008, après avoir passé quatre ans à la tête des Pays-Bas. Mais son passage  à l'Ajax va virer au cauchemar. Après une troisième place en championnat synonyme de non-qualification en Ligue des Champions, l'ancien Ballon d'Or démissionne.

Marco van Basten va tenter de nouvelles aventures sur un banc comme à Heerenveen et à l'AZ Alkmaar. Deux essais qui se concluent par un échec, puisque le Néerlandais va démissionner du second club cité, pour cause de stress aigu et de crises de tachycardie. "Quand je jouais, je pouvais faire la différence. J'étais beaucoup plus influent sur le jeu et sur le match. Comme coach, je n'étais pas assez bon pour avoir cette influence. Cela a commencé à me ronger de l'intérieur, à entamer ma confiance en moi. Je n'étais pas heureux, je ne me sentais pas assez compétent," a justifié l'ancien joueur du Milan AC à l'Equipe.

à voir aussi Ça s'est passé le 25 juin 1988 : Marco Van Basten inscrit une volée légendaire qui permet aux Pays-Bas de remporter l'Euro Ça s'est passé le 25 juin 1988 : Marco Van Basten inscrit une volée légendaire qui permet aux Pays-Bas de remporter l'Euro