Marko Arnautovic (Stoke City), face à Chelsea.
Marko Arnautovic (Stoke City), face à Chelsea. | AFP

La rechute de Chelsea, battu à Stoke City (1-0)

Publié le , modifié le

Reboostés par leur victoire contre le Dynamo Kiev en Ligue des champions, les Blues sont retombés dans leurs travers samedi. Battus sur la pelouse de Stoke City (1-0), les hommes de José Mourinho, qui était suspendu, ont concédé leur 3e revers d'affilée en Premier League. Leur 7e en 12 journées. Les champions d'Angleterre n'ont plus que trois longueurs d'avance sur la zone rouge. L'avenir de leur manager portugais s'écrit avec un immense point d'interrogation.

Ce n’était donc qu’un sursaut. Une éclaircie dans la grisaille londonienne. Le succès du milieu de semaine, contre le Dynamo Kiev (2-1), en Ligue des champions, n’a pas dégagé l’horizon de Chelsea. Il a même assombri encore un peu plus celui de José Mourinho. Samedi, le Portugais n’était pas sur le banc des Blues. Ni même dans l’enceinte du Britanna Stadium : il était suspendu par la Fédération anglaise. C’est donc devant sa télé que l’ex-Happy One a vu son équipe chuter pour la 7e fois en 12 matches de Premier League. Sur la pelouse de Stoke City (1-0), là où elle avait déjà pris la porte en League Cup dix jours plus tôt.

Ce revers succède à deux autres, à West Ham (2-1) puis contre Liverpool (3-1). Il fait du champion d’Angleterre en titre un piètre 16e. Avec seulement trois longueurs d’avance sur Bournemouth, le premier relégable. Pour s’offrir le scalp des Blues, les Potters, désormais 12es, ont fait la différence en début de seconde période, sur une reprise acrobatique de Marko Arnautovic (1-0, 53e), que Begovic a touchée mais n’a pas pu sortir.

Malgré les retours de retours de Pedro et d’Eden Hazard sur les côtés, l’attaque londonienne, elle, a tâtonné. Une seule occasion franche avant la pause : une combinaison Pedro-Costa, stoppée du pied par Butland (40e). Au retour des vestiaires, Pedro a trouvé le poteau des Potters (67e). Et dans les dix dernières minutes, Hazard (80e), décalé par Oscar, a manqué de peu le cadre. Tout comme Loïc Rémy, qui aurait pu obtenir un penalty s’il s’était écroulé au lieu de poursuivre son action (85e). Symboles d’une attaque en berne, qui n’a inscrit que 16 buts depuis le début de saison.