FA Cup : entre Mikel Arteta et Arsenal, la belle histoire se poursuit

Publié le , modifié le

Auteur·e : Clément Pons
Mikel Arteta.

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Arrivé fin décembre, Mikel Arteta n'aura mis que six mois pour remporter son premier trophée avec Arsenal. Vainqueur de la coupe d'Angleterre samedi face à Chelsea (2-1), le Basque poursuit sa belle histoire avec le club du nord de Londres. Joueur puis capitaine sous Wenger, l'ancien adjoint de Pep Guardiola à Manchester City fait ses armes à toute vitesse. Le tout pour sa première expérience en tant que coach principal. Si le chantier est encore grand pour les Gunners, cette 14e Cup porte assurément sa marque. Celle, peut-être, d'un très grand entraîneur.

Il suffisait de le voir bondir samedi après-midi dès le coup de sifflet final pour comprendre son intense bonheur. L'homme élégant, d'ordinaire très discret, s'abandonnait enfin aux effusions de joie de circonstance.

Arrivé sur la pointe des pieds comme successeur d'Unai Emery (et de Freddie Ljungberg) fin décembre 2019, c'est comme si tout à coup Mikel Arteta prenait toute la place qu'il mérite. Son large sourire exhibé à Wembley ne pouvait de toute façon que le trahir : il vient de remporter, six mois après le début de sa première expérience sur un banc de touche, la coupe d'Angleterre avec Arsenal.

L'héritier de Wenger

L'histoire retiendra qu'il est le premier manager des Gunners à avoir gagné un trophée après l'ère Wenger (1994-2018). Cela peut sembler anecdotique mais pas tant que ça, tellement l'héritage de l'Alsacien chez les Gunners pèse lourd. C'est d'ailleurs lui qui est allé le chercher en août 2011 à Everton. En quête d'un milieu de terrain polyvalent, bagarreur aussi, le Français avait jeté son dévolu sur le Basque. L'entente entre les deux hommes s'était faite naturellement au point qu'un an plus tard - avec les blessures à répétition de Thomas Vermaelen - il en faisait officiellement son capitaine.

Une marque de confiance qu'Arteta s'efforcera de rendre sur le terrain, à l'image des deux victoires en Cup en 2014 et 2015. Puis désormais sur le banc. En s'imposant face à Chelsea samedi, il est devenu le seul homme à remporter la compétition en tant que capitaine et en tant que coach.

Après trois saisons et demi en tant qu'adjoint de Pep Guardiola à Manchester City, l'ancien numéro 8 d'Arsenal se décide enfin à franchir le pas et repose ses valises à Colney pour venir en aide à un club qui souffre. Résultats en dents de scie, défense perméable, les Canonniers ne font plus peur à personne. Dès lors, la mission première d'Arteta va être de repartir de la base : le jeu. Finie la rigueur tactique à la Emery, qui faisait parfois craindre le pire sur l'identité résolument offensive du club, et place à la reconstruction.

Du pressing, de la patience, du jeu sur les ailes... Le nouvel entraîneur veut tirer profit des qualités de ses joueurs (bon niveau technique, capacité à se projeter vers l'avant, contres éclairs) en tentant, lentement mais sûrement, d'en corriger les défauts. La très lointaine 8e place des Gunners en Premier League est là pour rappeler que le chantier sera long, bien entendu, tout comme l'élimination en Ligue Europa contre l'Olympiakos. Derrière, les boulettes de David Luiz et les errances de ses acolytes sont loin d'être des gages de sérénité. Mais les défaites se font plus rares. Depuis son arrivée, le bilan d'Arteta est même plutôt bon : 28 matchs, 16 victoires, six nuls et six défaites toutes compétitions confondues. On a connu des premières expériences plus compliquées...

City et Chelsea, les deux batailles remportées par Arteta

Au terme de cette saison 2019-2020 en Angleterre, conclue par cette finale de Cup, ce sont deux batailles remportées par les Gunners et signées Arteta qui resteront dans les esprits. D'abord celle face à Manchester City, contre son ancien mentor, en demi-finale de la compétition (2-0). Loin d'avoir la faveur des pronostics, le 3-4-3 d'Arsenal met pourtant à mal la défense des Citizens. Pragmatique, le Basque sait que rien ne sera possible sans une solidarité sans faille. Ce jour-là, les ingrédients sont réunis et sur deux phases de contre, Aubameyang fait sauter le verrou (2-0). Quatre ans et demi après leur dernière victoire contre City, les Gunners sont en finale de la Cup.

à voir aussi FA Cup : Face à Manchester City, Arsenal a sauvé son honneur et sa saison FA Cup : Face à Manchester City, Arsenal a sauvé son honneur et sa saison

Évidemment, le succès contre Chelsea samedi (2-1) est l'autre gros coup d'Arteta. D'autant plus au vue de la physionomie de la rencontre, avec un but encaissé dès la cinquième minute et une équipe aux abois pendant un quart d'heure. Mais comme il le confiera en conférence de presse après la rencontre, il n'a jamais douté du tempérament de guerrier de ses hommes. Car Arsenal a fait plus que jeu égal avec Chelsea. Si le rouge de Kovacic et les blessures d'Azpilicueta, Pulisic et Pedro ont facilité les choses, la victoire ne souffre d'aucune contestation possible. Le capitaine Aubameyang a démontré une nouvelle fois que sans lui, l'avenir des Gunners serait bien plus sombre. Une donnée qu'a parfaitement intégré le Basque (voir ci-dessous). Le club du nord de Londres disputera bien, une nouvelle fois, une coupe d'Europe la saison prochaine - à savoir la Ligue Europa. Et autant dire que c'était loin d'être gagné d'avance.

à voir aussi FA Cup : après le sacre face à Chelsea, Arteta "veut construire Arsenal autour d'Aubameyang" FA Cup : après le sacre face à Chelsea, Arteta "veut construire Arsenal autour d'Aubameyang"

Depuis George Graham en 1986-1987, Mikel Arteta est le premier manager à remporter un trophée pour sa première saison avec Arsenal. L'Écossais était resté neuf ans au club et avait ajouté à la FA Cup gagné en 1993 deux titres de champion d'Angleterre (1989, 1991), deux coupe de la Ligue anglaise (1987, 1993) et une coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (1994). Reste à voir si le Basque marchera un peu plus dans ses illustres traces.