Eto'o ranime Everton, Tottenham dans le coma

Eto'o ranime Everton, Tottenham dans le coma

Publié le , modifié le

Auteur d'un doublé, Samuel Eto'o a relancé Everton face à Burnley lors de 9e journée de Premier League (3-1). Autre équipe dans le dur, Tottenham n'a pas connu le même succès contre Newcastle, qui enchaîne une deuxième victoire consécutive en Angleterre (2-1).

Avant le choc entre Manchester United et Chelsea, Eto'o  a fait le show avec Everton à Burnley (3-1), en inscrivant un doublé et en  touchant le poteau. L'ex-Blue, qui a ouvert la marque de la tête à la 4e minute et l'a refermé  à la 86e d'un tir enroulé, triple son total en championnat et soulage les  Toffees (9) qui n'avaient plus gagné à Burnley depuis 44 ans et restaient sur  une victoire en sept matches après leur nul 0-0 à Lille jeudi. Lukaku, après avoir permis à Ings d'égaliser sur une mauvaise passe en  retrait (20), s'est repris ensuite en redonnant l'avantage (29). Les Clarets (19es) restent du coup la dernière équipe à ne compter aucune  victoire.

Dans l'autre rencontre de l'après-midi, Tottenham a connu une nouvelle déisllusion après son large succès en Europa League en milieu de semaine. Les Spurs, qui étaient pourtant idéalement lancés puisqu'ils menaient  facilement à la pause, dégringolent à la 11e place (11 points). Leur entraîneur Pochettino, qui n'a désormais remporté qu'un seul de ses sept derniers matches, peut se mordre les doigts d'avoir laissé sur le banc  Kane, auteur d'un triplé jeudi contre Asteras (5-1), même si Adebayor a logiquement ouvert la score lors de 45 premières minutes à sens unique.

Il en a été de même ensuite, mais dans l'autre sens puisque le pari  tactique de Pardew, qui attendait une victoire à l'extérieur depuis 10 matches,  s'est rapidement avéré payant avec l'égalisation d'Ameobi dix secondes après la  reprise (1-1, 46e), puis un 2e but de Perez (2-1, 58e). Ragaillardis  par leur premier succès de l'année contre Leicester il y a une semaine, les Magpies enchaînent et remontent au 14e rang, à une unité de leurs victimes du jour.

Jerome Carrere