Diego Costa Arsenal Chelsea
Diego Costa (Chelsea), buteur face à Arsenal | JAVIER GARCIA / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI media

Diego Costa fait mal à Arsenal

Publié le , modifié le

Chelsea a fait très mal à Arsenal en s'imposant sur la pelouse des Gunners, rapidement réduits à dix, lors de la 23e journée de Premier League grâce à un but de Diego Costa (0-1). Les Blues, toujours invaincus depuis qu'ils sont coachés par Guus Hiddink, poursuivent leur remontée tandis que les Gunners marquent le pas et laissent filer Leicester en tête du classement.

S'il a souvent fait disjoncter les joueurs d'Arsenal par ses provocations verbales ou physiques, Diego Costa a cette fois été plus sobre sur le terrain. Et finalement beaucoup plus efficace. Outre le fait qu'il permet à Chelsea de remontrer progressivement au classement (13e place), son but fait surtout rétrograder les ennemis londoniens d'Arsenal à la 3e place du championnat alors que ceux-ci pouvaient en reprendre les commandes... 

Sans Eden Hazard, légèrement touché et laissé sur le banc par Guus Hiddink, Chelsea encaisse sans trop broncher les premiers coups de boutoir d'Arsenal. D'emblée, il apparaît que les hommes de Wenger ne sont pas dans un grand jour. Sans Sanchez, lui aussi remplaçant, les Gunners peinent à percer la défense de Chelsea où Kurt Zouma tient la baraque. Passé un quart d'heure, ce sont même les Blues qui s'offrent la première incartade digne de ce nom avec une double occasion signée Willian (15e). Dès lors, les choses s'accélèrent mais certainement pas dans les sens voulu par les locaux. Et une fois encore, le cauchemar des Gunners s'appelle Diego Costa.

Hiddink, la méthode gagnante

L'Espagnol, qui, par le passé, a déjà eu maille à partir avec les joueurs d'Arsenal, va être décisif. Dans les règles. L'ex-attaquant de l'Atletico provoque d'abord l'expulsion tout à fait logique de Mertesacker, qui le fauche en position de dernier défenseur alors qu'il file seul au but (18e). La double lame intervient quelques instants plus tard quand Diego Costa coupe rageusement un centre d'Ivanovic (0-1, 23e). Entre temps, Arsène Wenger a sorti Olivier Giroud, manifestement frustré, pour rééquilibrer sa formation réduite à dix, mais sans son avant-centre pivot, le jeu des Gunners se retrouve vite privé de point d'appui.

Les partenaires d'Özil, pour une fois impuissant, passent les 45 dernières minutes à essayer de trouver la brèche dans le mur bleu mais en vain. Ils ne se procurent pas la moindre opportunité face à une équipe qui, à défaut d'être brillante, a retrouvé toutes ses vertus collectives et défensives. Le mérite en revient incontestablement à Guus Hiddink, qui a su redonner confiance à un groupe en jachère après la départ de Mourinho le Hun. L'herbe a finalement repoussé du côté de Chelsea.