Paul Pogba (Manchester United)
Paul Pogba (Manchester United) | AFP

Cup : Paul Pogba, entrée fracassante face à Norwich

Publié le , modifié le

Entré en jeu à la 78e minute lors du quart de finale de la Cup face à Norwich samedi, Paul Pogba a encore étalé toute sa classe, en seulement 42 minutes. Casseur de lignes, au-dessus techniquement, le Français a été à l’origine du but de la victoire d’Harry Maguire à la 118e minute. 

Certains joueurs n’ont besoin de quelques minutes pour imposer leur domination. Remplaçant (comme Anthony Martial) au coup d’envoi du quart de finale de Cup entre Manchester United et Norwich samedi, Paul Pogba a rongé son frein pendant 78 minutes avant d’éclabousser la fin de match de sa classe. L’égalisation de Todd Cantwell (75e), inçitant Ole Gunnar Solksjaer à faire entrer le Français, a eu l’effet escompté pour le manager norvégien. Scruté, Pogba a immédiatement pris le jeu des Red Devils à son compte. 

Son premier déboulé, conclu par une frappe de Mason Greenwood rasant le poteau de Tim Krul, a posé les jalons d’une nouvelle entrée fracassante. Sa frappe flottante à la 103e minute a obligé le gardien néerlandais, encore souvent pris en flagrant délit de sauvetage, à s’y reprendre à deux fois. A la 118e minute, c’est cette fois une inspiration d’un petit piqué dans la surface qui est à l’origine d'un but de défenseur d’Harry Maguire : un tacle glissé au milieu d’une forêt de jambes pour offrir la qualification à United (118e).

à voir aussi FA Cup : Harry Maguire sauve Manchester United in extremis face à Norwich FA Cup : Harry Maguire sauve Manchester United in extremis face à Norwich

Aisance naturelle et complicité technique

Mais c’est surtout son aisance technique, sa capacité à casser les lignes et l’amplitude de ses ciseaux qui ont une nouvelle fois crevé l’écran. Certes, Pogba a joué une grande partie de son match face à des Canaries sur les rotules après l’expulsion de Timm Klose à la 89e minute pour avoir ceinturé Ighalo. Mais la comparaison avec Fred, qu'il a remplacé, est édifiante. Le Brésilien, autant que Jesse Lingard et Juan Mata, n’a jamais semblé avoir l’inspiration nécessaire pour varier le schéma offensif classique des Mancuniens. 

Avec Pogba, United a pu permettre à Nemanja Matic - entré en même temps - de se positionner derrière, laissant le Français évoluer en meneur de jeu et rayonner derrière le trio entré en jeu Rashford-Greenwood-Martial. Sa complicité technique avec Bruno Fernandes, déjà aperçue sur les derniers matches, est encore à polir mais les deux sont programmés pour jouer la même partition. 

Après 75 minutes d’un schéma stéréotypé, avec une obstination à passer par l’axe et un but presque hasardeux d’Odion Ighalo sur sa première frappe du match, Manchester avait besoin de sang neuf. Et encore une fois, Pogba, qui a touché 59 ballons en 42 minutes, a fait passer l’animation mancunienne dans la sphère supérieure. Déjà remplaçant pour le match de reprise face à Tottenham, puis titulaire face à Sheffield, Pogba a enchaîné un troisième match convaincant. Rien de mieux pour affirmer un statut qui paraît de moins en moins difficile à contester dans l’entrejeu mancunien.