Petr Cech (Arsenal)
Petr Cech est l'une des meilleures recrues de l'histoire récente d'Arsenal | BEN QUEENBOROUGH / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI media

Community Shield: Arsenal, les raisons d’y croire

Publié le , modifié le

Ce dimanche, Arsenal entame sa saison face à Chelsea lors du traditionnel Community Shield. Après avoir terminé une nouvelle fois sur le podium, les Gunners comptent bien se rapprocher de la tête cette saison et cela passe par un succès contre les Blues à Wembley. Voici cinq raisons d’y croire.

Enfin un bon gardien

C’est l’information de l’été des Gunners ! Après les Szczesny, Lehmann et autre Almunia qui ont tous déçu à un moment ou à un autre (Szczesny et Almunia plus que Lehmann), Arsenal tient enfin un vrai bon gardien : Petr Cech. Barré par la concurrence de Thibaut Courtois à Chelsea, le Tchèque se relance dans un autre club londonien.

Cech c’est l’un des 6-7 meilleurs gardiens au monde qui vient de passer une saison sur le banc à attendre une faille dans la carapace Courtois, ce qui est arrivé en fin de saison. Le gardien passé par Rennes a 33 ans ? Gigi Buffon en a 37 au compteur et peut toujours prétendre au titre de meilleur gardien du monde. Arsenal a le temps de voir venir avant que ne se pose à nouveau la question du grand gardien.

Un an de plus pour les jeunes

Arsenal est connu pour son effectif jeune. En son temps, Patrice Evra s’en était moqué. Oui mais année après année, les jeunes du centre de formation (Gibbs, Ramsey, Wilshere) ou ceux arrivés en post-formation (Chambers, Oxlade-Chamberlain) prennent de l’expérience et deviennent inévitablement meilleurs. Il y a peu Theo Walcott était aussi un espoir, il est désormais un bon joueur solide sur qui Arsène Wenger peut compter, nous y reviendrons. Au milieu de terrain, Jack Wilshere va avoir un rôle clé. A 23 ans, l’Anglais peut désormais prendre les clés du camion Arsenal. Son rayonnement et sa capacité à bien s’entendre avec ses partenaires du milieu de terrain – Özil, Rmasey, Cazorla – sera l’une des clés de la saison des Gunners. Comme l’éclosion totale d’un Oxlade-Chamberlain ou la confirmation du talent d’un Calum Chambers, un peu en difficulté l’année dernière.

Personne n’est parti​

Quand on dispose de jeunes talents, se faire piller est (quasiment) inévitable. Nasri, Van Persie, Fabregas et même Vermaelen sont partis. Cet été le seul départ un temps soi peu notable est celui… d’Abou Diaby ! Mais il résulte d’un choix de la direction londonienne las des blessures à répétition. Une déception au vu de son talent mais pas une grande perte au vu de son rôle dans l’effectif la saison dernière (un seul match de coupe de la Ligue). Pour le reste, on retiendra quand même les départs de Mathieu Flamini et de Lukas Podolski à Galatasaray et celui de Wojciech Szczesny à la Roma. Rien de transcendant. Tous les autres sont encore là et se connaissent parfaitement, forcément de bon augure.

Une bonne préparation​

La préparation d’Arsenal a de quoi faire plaisir à ses fans. Quatre matches, quatre victoires pour 14 buts marqués et un seul encaissé. Sevrés de trophée jusqu’à la FA Cup de 2014, les Gunners en ont remporté deux nouveaux (qui ne comptent pas mais quand même) à l’Asia Trophy en dominant une sélection de Singapour (4-0) puis Everton (3-1) et dans leur stade à l’Emirates Cup avec un succès écrasant face à Lyon (6-0 !) puis contre Wolfsburg (1-0) sur un but de Walcott.

L’infirmerie est vide​​

And last but not least (Enfin et surtout), l’infirmerie d’Arsenal est complètement vide ! Theo Walcott en était le dernier occupant de marque et il a pu faire l’intégralité de la préparation avec ses partenaires tout comme Danny Welbeck, touché au genou en fin de saison dernière. Si l’on touche du bois pour que cette infirmerie reste vide, Arsène Wenger est forcément soulagé d’avoir pu travailler avec un effectif complet. L’effectif d’Arsenal n’est pas tout à fait celui d’un Real Madrid, d’un Chelsea ou d’un FC Barcelone mais il est tout de même solide… quand il n’est pas amputé de 25% de ses (meilleurs) joueurs.