Pedro
Pedro, buteur et passeur pour son premier match sous les couleurs des Blues | JUSTIN TALLIS / AFP

Chelsea s'est fait peur, Manchester City engrange

Publié le , modifié le

Alors qu'il menait tranquillement de deux buts à la demi-heure de jeu avec un Pedro plus qu'en jambes pour sa première, Chelsea s'est imposé dans la douleur sur la pelouse de West Bromwich Albion cet après-midi (2-3) pour la 300e de Mourinho sur le banc de Chelsea. Peu aidés par l'expulsion de John Terry en début de seconde période, les Blues auraient pu craquer en fin de match sans un Courtois décisif, qui aura également arrêté un pénalty de James Morrison dans le premier quart d'heure. De son côté, Manchester City a assuré l'essentiel face à Everton (2-0), avec un but de Samir Nasri.

Il était la surprise de José Mourinho au coup d'envoi. Arrivé seulement jeudi à Londres en provenance de Barcelone, Pedro figurait déjà dans le onze de départ du Special One, aux côtés de Diego Costa, Eden Hazard et Willian. Un quatuor de rêve dont le lutin Espagnol a été le chef d'orchestre cet après-midi. Car le lutin Espagnol a été le principal artisan de la victoire des siens cet après-midi. À la conclusion d'un excellent mouvement avec Eden Hazard (20e), il a également offert, certes involontairement, le deuxième but à Diego Costa (30e), qui inscrit là son premier but de la saison. Des débuts tonitruants pour Pedro, qui doivent faire regretter à Louis Van Gaal d'être passé à côté de cette affaire en or pour dynamiter son attaque Mancunienne.

Chelsea dans le dur

Chelsea s'est donc offert sa première victoire en trois matches et lance enfin sa saison après son nul inaugural face à Swansea (2-2) et la lourde défaite la semaine dernière sur le terrain de Manchester City (3-0). Mais les Blues n'ont en rien rassurés sur leur état de forme tant les joueurs de José Mourinho ont souffert défensivement. Car Chelsea aurait pu être mené dès la 12e minute si James Morrison avait concrétisé son penalty consécutif à une faute de Matic sur McManaman. Thibaut Courtois, de retour après son carton rouge face à Swansea, détourne le ballon au-dessus de la barre et empêche les Blues l'angoisse d'une course-poursuite précoce.

Porté par un Pedro en feu, Chelsea rentre au vestiaire à 1-3, l'ancien Marseillais Azpilicueta (42e) répondant à la réduction du score de James Morrison (35e). En seconde période, Chelsea s'est fait peur en voyant Morrison (59e) claqué un doublé alors que les Blues finissaient la rencontre à dix suite à l'expulsion de John Terry (53e). Une dernière demi-heure sous pression pour les Londoniens, qui auraient pu voir les hommes de Tony Pulis revenir au score dans les dernières secondes sans un superbe arrêt de Courtois devant Rondon, suite à une remise de la poitrine plus qu'approximative de Gary Cahill. Mais l'essentiel est là pour José Mourinho, qui aura vécu une 300e plutôt stressante sur le banc de Chelsea. Car si la victoire est au rendez-vous, les Blues n'ont en rien rassuré sur leurs problèmes défensifs, eux qui n'avaient plus encaissés deux buts lors de trois matches consécutifs depuis décembre 2006. 

City, seul en tête

Tranquille comme City. Sur la pelouse d'Everton, les hommes de Manuel Pellegrini avaient l'occasion de prendre seuls la tête de la Premier League. Une occasion qu'il n'ont pas manqué en s'imposant facilement à Goodison Park. Mais les Citizens ont dû attendre l'heure de jeu avant de concrétiser leur domination. Stériles en première mi-temps, ils s'en sont remis au pied gauche d'Alexandr Kolarov pour ouvrir le score en contre (60e). Un tir croisé du gauche, sur une passe décisive de Raheem Sterling, qui libérera définitivement les Citizens. 

Samir Nasri après son but
Samir Nasri après son but

Emmenés par un David Silva de gala encore une fois, City éteindra définitivement les espoirs des Toffees.​ Entré dix minutes plus tôt, Samir Nasri scellera la victoire des siens sur une frappe lobée du droit après un une-deux avec Yaya Touré. Manchester City reprend donc la tête de la Premier League et enchaîne une troisième victoire consécutive en trois journées. 

Mathieu Aellen