Chelsea a quasiment tout perdu

Chelsea a quasiment tout perdu

Publié le , modifié le

Tenus en échec par le relégable en puissance Norwich (0-0), les Blues peuvent quasiment dire adieu au titre de champion d'Angleterre. Au classement, les hommes de Jose Mourinho pointent au 3e rang, à une longueur de Manchester City et Liverpool qui comptent tous deux un match en moins. La 38e et dernière journée se tient dimanche prochain.

En concédant un triste nul face à Norwich  (0-0), Chelsea a sûrement dilapidé ses dernières chances de remporter le titre  et va devoir laisser Manchester City et Liverpool s'expliquer entre eux,  dimanche après la 37e journée du championnat d'Angleterre. Ainsi s'achève donc la semaine noire des Blues, rendu très nerveux par   leur élimination mercredi en demi-finale de Ligue des champions contre  l'Atletico Madrid (0-0 et 1-3). 

Avec un point de retard sur le duo City-Liverpool qui doivent encore chacun  jouer deux matches contre un seul pour les Londoniens, ceux-ci doivent en effet  miser non pas sur un mais sur deux coups de pouce improbables pour doubler tout  le monde dimanche prochain sur la ligne au bout du bout de la saison. Avant cela, les Reds tenteront lundi contre Crystal Palace de faire monter  à 83 leur compteur, puis les Citizens, qui ont la main sur Liverpool car ils  ont actuellement une meilleure différence de buts, essaieront de les imiter  mercredi contre Aston Villa. 

Deux poteaux

Les joueurs de Mourinho, qui a fait passer des messages en n'alignant  Hazard qu'à la pause après les critiques du Belge sur le jeu de son équipe, ont  singulièrement manqué d'envie, de ressort et de créativité pour bousculer le  18e qui restait pourtant sur huit défaites d'affilée en déplacement. En grappillant ce point, le premier en quatre matches pour l'entraîneur  Neil Adams, les Canaries conservent un infime espoir de doubler Sunderland et  de se sauver. 

Insignifiant en début de rencontre, Norwich a pris peu à peu confiance au  fur et à mesure que Chelsea, qui a touché deux fois le poteau, déjouait malgré  sa domination stérile. En contre, Snodgrass aurait même pu s'offrir le coup parfait contre une  équipe touchée au mental qui n'a remporté qu'un seul de ses cinq derniers  matches toutes compétitions confondues. Pour les coéquipiers de Terry, il semble temps que la saison s'arrête.

AFP