Wayne Rooney-Vincent Kompany
Wayne Rooney à la lutte avec le défenseur de City Vincent Kompany | AFP - PAUL ELLIS

Avec la Premier League, Altice mise sur "tous les supports"

Publié le , modifié le

Du sport partout, tout le temps, sur la télévision comme sur mobile: la diffusion du championnat anglais de football, qu'Altice vient de rafler à Canal+, souligne la convergence entre médias et télécoms à l'oeuvre dans le groupe de Patrick Drahi, explique Nicolas Rotkoff, responsable d'Altice Entertainement & Sports.

Sur quels réseaux va être diffusé le championnat anglais (Premier  League) en France ?
Nicolas Rotkoff: On ne communique pas aujourd'hui sur l'exploitation de ces  contenus. Mais la stratégie de commercialisation de ces droits va se faire au niveau du groupe, en discussion avec SFR-Numéricable, avec les actifs médias, dont Ma Chaîne Sport, et demain, à l'issue du processus en cours, avec  NextRadio (BFMTV, RMC). Cet achat vient s'insérer complètement dans le projet qu'ont défini les  dirigeants du groupe: la convergence entre les réseaux et les contenus. La Premier league est un contenu essentiel pour mettre en oeuvre cette stratégie "anywhere, any device, anytime" ("partout, sur tous les supports, tout le  temps"). On va insérer ces programmes sur notre chaîne Ultra HD, appelée pour  l'instant MCS TV et qui sera lancée mi-décembre, avec quasiment tous les  week-ends un ou deux matchs de Premier League en Ultra HD. Mais il n'y aura pas que du sport, des documentaires aussi, sur cette chaîne réservée aux abonnés équipés du décodeur nécessaire. On commence le 30 décembre avec le All Star Game de basket à Bercy. 
   
Est-ce le début d'une guerre ouverte avec Canal+, BeIn et Discovery  (Eurosport), les autres grands acheteurs de droits sportifs en France ?
N.R: Ce n'est pas une guerre avec Canal+ ou BeIn, il y a de la place pour tout le monde sur le marché. D'ailleurs nos abonnés continueront d'avoir accès aux offres de nos concurrents. C'est plutôt la stratégie d'Altice de convergence entre contenus et réseaux qui nous a fait nous positionner sur la Premier league, comme elle nous a fait lancer Zive, notre offre de VOD, et comme elle nous pousse à nous lancer dans la production de séries ou de programmes.
   
Les droits sportifs ne constituent-ils pas une bulle ?
N.R: Ca fait à peu près 25 ans que j'entends ça. Les droits  sportifs sont chers mais ils restent un produit essentiel, magique, pour attirer et satisfaire des clients. Aujourd'hui ces droits rentrent dans une nouvelle dimension avec l'entrée en lice des opérateurs télécoms. C'était déjà le cas avec quelques acquisitions faites par Orange. Mais c'est mondial maintenant: il suffit de regarder qui a acheté les  droits de la Premier league: British Telecom en Angleterre, Comcast aux Etats-Unis, des opérateurs télécoms en Asie, et d'autres opérateurs télécoms qui vont se positionner en Europe dans les semaines prochaines. Un changement stratégique s'opère au niveau mondial et Altice ne fait que s'y intégrer.

AFP