Avec deux matches en deux jours, la coupe est pleine pour Jürgen Klopp

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Jürgen Klopp entraînement

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que Liverpool se déplace sur le terrain d’Aston Villa ce soir pour disputer les quarts de finale de la Coupe de la Ligue anglaise, le club de la Mersey doit enchaîner avec une rencontre demain en demi-finales de la Coupe du monde des clubs. Une situation inédite due à un manque d’organisation des instances de football anglaises, qui a le don d’irriter l'entraîneur des Reds Jürgen Klopp, très critique à l’égard de la multiplication des matches.

Les supporters de Liverpool sont gâtés en ce début de période des fêtes. En l’espace de quarante-huit heures, ils vont pouvoir assister à deux rencontres de leur équipe favorite. Une en Angleterre, du côté de Birmingham pour affronter Aston Villa en quarts de finale de la Carabao Cup – la Coupe de la Ligue anglaise -, et l’autre au Qatar, à Doha pour affronter les Mexicains de Monterrey en demi-finales de la Coupe du monde des clubs.

Si le staff de Jürgen Klopp est en mesure de préparer ses joueurs à disputer des compétitions sur plusieurs tableaux, il n’a pas été capable de trouver la solution à ce problème inextricable. Résultat : l’effectif de Liverpool a été scindé en deux pour disputer ces rencontres. Les joueurs de l’équipe première se sont rendus au Qatar avec Klopp pour tenter de remporter le premier titre intercontinental de l’histoire de Liverpool, tandis que le match de Carabao Cup a été confié à Neil Critchley, entraîneur de l’équipe réserve, qui fera débuter plusieurs de ses joueurs en professionnel ce soir contre Aston Villa.

Une rencontre tous les jours 2,5 jours en décembre

Alors que la Fédération anglaise de football (FA) avait discuté avec Liverpool pour tenter de décaler le quart de finale de Coupe de la Ligue contre Aston Villa, aucune date n’a pu être trouvée, en raison des demi-finales programmées le 7 janvier prochain et du calendrier surchargé des Reds. En effet, alors que Liverpool jouera nécessairement la finale ou le match pour la 3e place en Coupe du monde des clubs, le club de la Mersey aura disputé entre le 4 décembre et le 5 janvier douze matches, soit une rencontre tous les 2,5 jours.

Une situation connue début novembre, qui avait passablement énervé Klopp, le coach allemand déplorant en conférence de presse l’accumulation des rencontres : "Tout le monde sait que c’est trop de jouer autant de matches : la Premier League et toutes les autres compétitions en même temps. Bien sûr que c’est trop. Personne ne veut y toucher et je ne comprends pas ça." Klopp et ses dirigeants avaient alors menacé la FA de boycotter la Carabao Cup. Finalement, le choix a été fait de privilégier la Coupe du monde des clubs, à laquelle Liverpool participe après avoir gagné la dernière Ligue des champions, aux dépends de la Coupe de la Ligue anglaise.

Car Klopp n’est pas un fan des coupes nationales britanniques. En FA Cup, l’équivalent de la Coupe de France, l’entraîneur allemand n’a jamais passé le 4e tour depuis son arrivée sur le banc des Reds en 2015. En Carabao Cup, Klopp avait atteint la finale dès sa première saison mais s’était incliné face à Manchester City, avant d’être éliminé en demi-finales l’année suivante. Et avant cette saison, Liverpool n’avait plus passé le 3e tour de la compétition depuis deux ans.

"Dans un monde idéal, on aurait une semaine pour se préparer"

Loin d’aligner des équipes bis dans ces compétitions, Klopp remanie tout de même son effectif lors des rencontres de coupes nationales. Une manière de faire souffler ses titulaires dans un pays où le mois de décembre est particulièrement redoutée avec le Boxing Day. Déjà l’an dernier, l'ex-entraîneur du Borussia Dortmund s’emportait avant une rencontre prévue face à Everton : "C’est un match spécial, c’est toujours différent dans la préparation. Le seul problème, c’est que nous n’avons jamais assez de temps pour nous préparer. Dans un monde idéal, on aurait une semaine pour se préparer." Avec trois jours de repos entre les matches, les entraîneurs n’ont en effet pas le temps, ou très peu, de préparer leurs joueurs aux spécificités de leurs futurs adversaires. Une critique reprise de concert par Thomas Tuchel et Pep Guardiola il y a encore quelques semaines.

À quelques heures de ces deux rencontres, Klopp s’est montré davantage détendu en conférence de presse, se disant "extrêmement heureux pour les garçons" qui débuteront face à Aston Villa. L’entraîneur allemand a même ironisé la chose, expliquant son organisation pour pouvoir assister, devant sa télévision, à la rencontre. Mais alors que le Boxing Day approche à grands pas, nul doute que ses reproches envers les instances anglaises qui multiplient les rencontres soient apaisés.