Arsenal pour une place en finale

Arsenal pour une place en finale

Publié le , modifié le

Arsenal, tout à l'idée de décrocher un premier titre depuis 2005, aborde pourtant sa demi-finale de Coupe d'Angleterre samedi contre Wigan avec fébrilité à cause d'une série noire en championnat. Sur le papier, tout devrait pourtant sourire aux Gunners qui se déplacent chez un adversaire de deuxième division.

Neuf ans après son dernier titre, Arsenal a une occasion en or de se rapprocher d'un trophée. Samedi en demi-finale de la Coupe d'Angleterre, les Gunners seront opposés à Wigan, une formation qui évolue en deuxième division anglaise. Ils sont donc à 90 minutes d'une finale d'une compétition qu'ils ont remporté en 2005. Ce titre apparaît comme une compensation pour une équipe qui a longtemps joué pour la gagne en Premier League. Désormais les hommes d'Arsène Wenger en sont réduits à se battre pour conserver sa 4e  place en championnat et la Coupe est la seule breloque qu'il peut  raisonnablement espérer. L'enchaînement ces dernières semaines de deux nuls et deux défaites  n'augure pourtant rien de bon et l'heure est à la soupe à la grimace chez les  Londoniens. "Après notre défaite contre Everton (3-0), ce qui est important, c'est de  bien répondre. Tout est allé de travers, on a perdu un peu de confiance", a  expliqué Wenger, moyennement rassuré. "On a beaucoup d'incertitudes. On a trop de joueurs absents en ce moment",  a-t-il poursuivi dans la même veine pessimiste.

Ambiance morose

Özil et Wilshere sont toujours forfaits, Flamini est suspendu et  Oxlade-Chamberlain, Rosicky et Koscielny, incertains, soignent autant de bleus  à l'âme qu'au corps. Absent depuis décembre, Ramsey pourrait bien faire son  retour, mais il risque de manquer de repères. Devant, Giroud continue lui à jouer, mais il semble mentalement au bout du rouleau. Du coup, Cazorla est venu plomber encore plus le climat en menaçant cette  semaine de quitter un club qui n'a pas "une mentalité de gagnant". En face, Wigan, 5e de 2e division, se bat aussi pour accrocher le bon wagon  de la montée. Mais Wigan est surtout encore le tenant du titre de cette Cup puisqu'il a  dominé City en finale en 2013 (1-0) avant de récidiver il y a quelques semaines  en quart (2-1). Ce qui situe la menace que représentent les Latics.

"Il y a de bonnes choses pour moi à tirer du match d'Everton contre  Arsenal, se régale d'avance son entraîneur Uwe Rössler qui a noté le passage à  vide récent de son prochain adversaire. L'approche tactique de Martinez (son  prédécesseur, désormais coach d'Everton) a encore été impressionnante." L'autre demi-finale dimanche est un pur morceau d'histoire, et pas  uniquement parce qu'il sera, comme le premier, retardé de sept minutes dans le  cadre des commémorations du 25e anniversaire du drame d'Hillsborough qui avait  fait 96 morts le 15 avril 1989. Hull, qui n'a pas encore complètement assuré son maintien en Premier League  (12e avec 36 points), apparaît en effet à ce niveau pour la première fois  depuis 1930 et ne s'est jamais offert de finale.  En face, Sheffield a lui déjà remporté quatre fois la "Cup" dans un passé  glorieux entre 1899 et 1925, mais il a depuis plongé en 3e division. Il  pourrait donc devenir le premier club de cet échelon à atteindre la finale,  avant, pourquoi pas, d'espérer la remporter.

Les demi-finales :

Samedi:
Wigan Athletic (2e div.) - Arsenal
Dimanche:
Hull - Sheffield United (3e div.)

francetv sport @francetvsport