Aaron Ramsey Arsenal Gael Clichy Manchester City
Aaron Ramsey (Arsenal) surveillé par Gael Clichy (Manchester City) | GLYN KIRK / AFP

Arsenal-Manchester City: un choc pour amorcer le redressement

Publié le , modifié le

Après des départs mollassons, le redressement d'Arsenal et de Manchester City passe par un match périlleux entre eux lors de la 4e journée du Championnat d'Angleterre avant de plonger ensuite dans cette Ligue des champions dévoreuse d'énergie.

Opposées il y a un mois à peine lors du Community Shield remporté dans les  grandes largeurs par les Londoniens (3-0), les deux équipes ne partent  toutefois pas dans l'inconnu. "On est bien plus fort qu'il y a un mois et on va continuer encore à  s'améliorer, veut pourtant croire le "Citizen" Pablo Zabaleta. Arsenal s'est  amélioré, renforcé avec l'ajout de grands joueurs. Mais nous il faut que l'on  rebondisse après cette défaite contre Stoke". Pour les joueurs d'Arsène Wenger, il est également question d'abandonner  leur réputation d'équipe performante uniquement contre les sans-grade avant de  retrouver le Borussia mardi à Dortmund.

"Mathématiquement, ce match n'est pas si important que ça même si l'on a  perdu des points, dédramatise pourtant le technicien français. Notre départ est  correct. Mais si on fait bien les choses, cela nous donnera de la confiance et  de la crédibilité. C'est l'occasion de montrer que l'on s'est amélioré, que  l'équipe a grandi, qu'elle est plus mature et prête pour la bagarre". Equipe la moins performante du Big Four dans les confrontations directes la  saison passée, Arsenal aura pourtant fort à faire contre ces Mancuniens qu'ils  n'ont battus qu'à trois reprises en championnat lors de leurs 12 dernières  occasions. D'autant que, même s'ils sont invaincus, ils n'ont plus gagné en  championnat depuis la 1re journée et restent même sur une victoire en quatre  rencontres si l'on considère leur barrage de C1.

Lancer Danny Welbeck

Pour inverser la tendance, les "Gunners" pourraient lancer dans le grand  bain Danny Welbeck, leur recrue du dernier jour du mercato. Reste juste à espérer que, en l'absence de Giroud, l'ex-Red Devil acheté 20  ME, souvent raillé pour son inefficacité face au but, sera aussi inspiré  qu'avec l'Angleterre cinq jours après son doublé en Suisse. "C'est un jeune joueur, il n'a pas encore 24 ans, a rappelé Wenger.  N'oublions pas que certains arrivés ici à 23 ans ont réalisé des carrières  incroyables. J'espère qu'on pourra l'aider à accomplir ça aussi".

A peine mieux loti que son hôte avec un point de plus et deux places de  moins, City (4) doit veiller à retrouver son rang de champion en titre, écorné  par sa dernière défaite surprise à domicile (1-0) contre Stoke City. Avec notamment une victoire contre Liverpool, tout était bien parti pour  Pellegrini mais cette désillusion contre les "Potters" a mis du plomb dans  l'aile à la théorie de la montée en puissance. Histoire d'alourdir le climat, l'équipe du technicien chilien n'a fini que  deux de ses 20 derniers matches sans inscrire de but, celui contre Arsenal en  août et celui-ci. Le dernier enchaînement de deux défaites remonte même à  octobre 2010... et les Gunners y étaient déjà pour quelque chose.

Et si son équipe peut compter sur Agüero, auteur de 8 buts lors de ses 10  derniers déplacements, Jovetic, agréable surprise de l'été, est revenu forfait  de sa semaine internationale. Comme Fernando et comme, dans le camp d'en face,  l'incontournable Ramsey. Arteta et Özil d'un côté, Kompany et Zabaleta de l'autre, devraient en  revanche être opérationnels. Chez les Citizens, Mangala pourrait aussi faire  ses débuts avant le déplacement européen à haut risque mercredi à Munich chez  le Bayern. La semaine des Mancuniens s'achèvera d'ailleurs de façon aussi indigeste  qu'elle a commencé puisqu'il leur faudra la terminer par la réception de  Chelsea.

AFP