Mesut özil accroché par Bryan Oviedo
Mesut özil accroché par Bryan Oviedo (Arsenal-Everton) | ADRIAN DENNIS - AFP

Arsenal-Everton: Les Gunners accrochés

Publié le , modifié le

Dans un match qui devait lui permettre de prendre le large en tête du classement, Arsenal a été accroché à domicile 1-1 par Everton. Malgré l'ouverture du score d'Özil à dix minutes de la fin, les Gunners n'ont pas réussi à conserver l'avantage et ont concédé l'égalisation par Deulofeu. Arsenal compte cinq points d'avance sur son dauphin, Liverpool.

Jouant après tous ses adversaires directs, Arsenal avait eu le plaisir de voir ses poursuivants chuter, excepté Liverpool, les uns après les autres, et pouvait espérer réaliser la belle opération du weekend en comptant sept points d'avance sur son dauphin à l'approche de la toujours décisive période de Noël en Angleterre. Dans un match accroché, les Gunners ont eu affaire à une très belle équipe d'Everton qui a montré qu'elle pouvait une nouvelle fois, après son 3-3 face à Liverpool, tenir le choc face à un cador.

Everton étouffe Arsenal

Dans les 40 premières minutes, Everton étouffe littéralement  une équipe d’Arsenal parfois prisonnière de son jeu de passe qu'elle caricature à l'infini. Quelques statistiques montrent l’asphyxie du jeu des Gunners. Après une demi-heure de jeu, Everton a le ballon 65% du temps ! Aussi rare qu’incroyable du côté de l’Emirates Stadium. Pire encore, il faut attendre la 40e minute pour voir les hommes d’Arsène Wenger frapper au but ! L’Alsacien va pourtant retrouver son équipe en cinq minutes.

Si Arsenal n’avait pas inquiété une seule fois Howard en 40 minutes, elle va le faire deux fois en toute fin de première période. D’abord par Giroud, bien lancé par Ramsey. L’international français est bien gêné par la sortie rapide d’Howard et perd son duel. Il sera imité deux minutes plus tard par Ramsey cette fois, servi parfaitement par Giroud d’une remise pleine de finesse à l’entrée de la surface. Howard sauve son équipe encore une fois. Everton aurait pu être mené à la pause après avoir dominé le premier acte. Oui mais, les Toffees n’ont pas proposé grand-chose de leur côté. Pas assez en tout cas pour mettre à mal la défense d’Arsenal.

Deulofeu répond à Özil

La deuxième période reprend sur des bases bien basses dans un match qui ne tient pas toutes ses promesses. Arsenal aurait tout intérêt à profiter de la faillite de ses adversaires directs pour le titre mais les coéquipiers d’Olivier Giroud manquent cruellement de génie dans cette rencontre. Même le beau jeu à trois entre Wilshere, Ramsey et Cazorla se termine par une tête trop molle de l’Espagnol. A dix minutes de la fin, Arsenal pense avoir fait le plus dur. Grâce à une remise de la tête de Walcott, Özil catapulte le ballon dans les filets d’Howard pour ouvrir le score. Oui mais quelques minutes plus tard, Deulofeu, le joueur prêté par le Barça, va faire étalage de tout son talent. Servi dans la surface, le jeune espagnol expédie une frappe croisée dans la lucarne droite de Sczesny.

La fin de match devient alors plus folle. Everton par Lukaku et Arsenal par Flamini notamment ont la balle du 2-1 mais le Belge se heurte à Sczesny alors que le Français manque complètement sa reprise devant le but vide. Le dernier frisson intervient sur une demi-volée de Giroud qui vient s’écraser sur la barre d’Howard. Las, aucun but ne sera marqué, Arsenal, à l’image des autres ténors rate son weekend. Arsène Wenger se contentera de cinq points d’avance sur Liverpool. Ce n’est déjà pas si mal.