Arsenal a concédé le nul à Southampton
Arsenal et Walcott pris dans la nasse à Southampton | GLYN KIRK / AFP

Arsenal au petit trot

Publié le , modifié le

Auteur d'une fin d'année 2012 tonitruante (4 victoires consécutives) qui lui avait permis de se rapprocher du podium, Arsenal est retombé dans certains de ses travers à Southampton (1-1) lors de la 21e journée de Premier League, ce mardi. Les Gunners peuvent même s'estimer heureux de ramener un point de St Mary's Stadium. Troisième, Tottenham en profite et possède désormais 4 points d'avance sur les hommes d'Arsène Wenger.

Sous pression suite aux victoires du trio de tête de Premier League ce mardi après-midi, Arsenal a complètement déjoué à Southampton et ramène un match nul heureux du St Mary's Stadium (1-1). Menés au score par un but de l'étincelant Gaston Ramirez (34e), les Gunners n'ont dû leur salut qu'au but contre son camp du milieu de terrain des Saints, Guly, mis en difficulté par un coup franc bien botté par Walcott (41e). Contre une équipe promue 18e et première relégable au coup d'envoi les troupes d'Arsène Wenger n'ont rien montré, sinon une timide réaction dans les dix dernières minutes.

Man City et Chelsea à l'horizon

Trop empruntés balle au pied et dépassés par l'enthousiasme de leurs hôes, les londonniens peuvent remercier leur gardien Szczesny de les avoir laissé dans le match lorsque les locaux ont appuyé sur l'accélérateur. Revenus à 6 points du podium et d'une 3e place provisoirement occupée par Tottenham, en attendant que Chelsea ne mette à jour son calendrier (2 matches en moins), les coéquipiers d'un Olivier Giroud remplaçant au coup d'envoi perdent du terrain, alors que se profilent les réceptions de Manchester City et de Liverpool entrecoupées d'un déplacement à Chelsea, lors des trois prochaines journées. 

Au coup d'envoi, le technicien alsacien choisissait de faire confiance aux même onze que celui qui avait terrassé Newcastle samedi dernier (7-3). Ils n'auront fait illusion qu'un quart d'heure, avant de sombrer dans une léthargie coupable. Au fur et à mesure, Southampton s'est enhardi, mené par un Ramirez intenable qui a ouvert le score sur une double erreur des pensionnaires de l'Emirates Stadium. D'abord, Podolski a donné un mauvais ballon en retrait à Vermaelen, puis Sagna a cafouillé son dégagement. Une partie de billard plus tard, l'Uruguayen a crucifié Szczeesny (31e). Incapables de s'organiser, seul un coup du sort a remis les Gunners dans la course.

Le poison Ramirez

Auteur d'un triplé contre Newcastle, Walcott a déposé un joli coup franc que Guly a dévié dans son but (41e). Puis, plus rien. Les locaux sont même passés tout proche d'emporter le bout de gras. D'une belle frappe, l'infortuné Guly a inquiété le gardien polonais, tout comme... Sagna, qui repoussait un corner en direction de son but. Il a encore fallu que le portier se signale sur un débordement du Français Schneiderlin. A la 71e minute, ce diable de Ramirez a même pensé s'offrir un doublé. Prenant le dessus sur Koscielny, le meneur de jeu a trompé Szczesny de près. Mais l'arbitre indiquait une poussette peu évidente sur le défenseur français.

Seule occasion pour les Canoniers, une frappe splendide d'Arteta de 30 m qui a frôlé le but de Boruc. Wenger pouvait bien exprimer sa rage, ses ouailles ont une fois encore manqué une bonne opportunité face à un adversaire moins prestigieux. Avec six buts encaissés en quatre journées, la défense londonienne donne des signes inquiétants. A l'aube d'affronter deux des plus belles escouades offensives du Royaume, l'inquiétude peut se justifier. 

Jerome Carrere