Anelka "assume" un geste "anti-système"

Anelka "assume" un geste "anti-système"

Publié le , modifié le

Nicolas Anelka a "assumé totalement" ce dimanche sur son compte Twitter sa "quenelle" dédiée samedi à l'humoriste-polémiste Dieudonné, après avoir marqué un but, affirmant qu'il s'agit d'un "geste anti-système" et qu'il n'est lui-même "bien sûr ni antisémite ni raciste". "Signification de quenelle: anti-système. Je ne sais pas ce que le mot religion vient faire dans cette histoire", a ajouté le joueur sur son compte officiel Twitter, au sujet de son geste de célébration -un bras tendu vers le bas, l'autre croisé en travers de la poitrine- samedi lors du premier de ses deux buts avec West Bromwich Albion contre West Ham (3-3).

"En ce qui concerne les ministres qui donnent leurs propres interprétations  de ma quenelle, ce sont eux qui créent l'amalgame et la polémique sans savoir  ce que signifie vraiment ce geste !", a ajouté l'ancien attaquant de l'équipe  de France. Une allusion claire à la ministre des Sports Valérie Fourneyron, qui avait  qualifié son geste samedi de "provocation choquante, écoeurante", et à  l'ancienne ministre des Sports Chantal Jouanno, qui a elle stigmatisé "un geste  nazi, clairement antisémite".

"J'assume totalement mon geste"

"Bien sûr, je ne suis ni antisémite ni raciste et j'assume totalement mon  geste", a insisté l'ancien joueur du Paris SG, d'Arsenal, de Chelsea, du Real  Madrid ou de la Juventus Turin dans un de ses tweets de justification dimanche. "Cette quenelle est une dédicace à Dieudonné, (...) je demanderai donc aux  gens de ne pas se faire duper par les médias", a  également tweeté l'ancien  international français de 34 ans.

La Fédération anglaise de football a confirmé dimanche à l'AFP qu'elle  allait ouvrir une enquête sur le geste d'Anelka. Inventé par Dieudonné, un humoriste français controversé et condamné à  plusieurs reprises par la justice française pour ses propos sur la Shoah et les  juifs, cette gestuelle de la "quenelle" a été qualifiée par le président de la  Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) Alain  Jakubowicz de "salut nazi inversé".

AFP