Amicaux: Portugal et Espagne se neutralisent, l'Allemagne accrochée par la Turquie

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Cristiano Ronaldo portugal espagne
Cristiano Ronaldo n'a pas pu faire la différence face à l'Espagne | CARLOS COSTA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Allemagne a été accrochée par la Turquie (3-3), le Portugal, futur adversaire de l'équipe de France en Ligue des Nations, a été incapable de battre l'Espagne (0-0), tandis que l'Italie s'est bien amusée contre la Moldavie (6-0) mercredi en matches amicaux.

Le 40e duel ibérique entre les deux derniers champions d'Europe, alignant des équipes remaniées mais avec Cristiano Ronaldo titulaire côté portugais, n'a pas donné lieu au "grand spectacle" que souhaitait le sélectionneur portugais Fernando Santos. Aucune comparaison possible avec l'intensité de l'exceptionnel dernier affrontement des deux sélections en phase de groupes du Mondial-2018 (3-3), marqué par un triplé retentissant de 'CR7'.

Au cours de la première période, les Portugais ont éprouvé de grandes difficultés à gérer le pressing agressif de l'Espagne et à contrecarrer son jeu de possession. Un joueur a particulièrement mis à mal la défense portugaise, recroquevillée dans sa moitié de terrain, l'ailier de Leipzig Dani Olmo. Chacun de ses décrochages a créé du danger mais la sélection portugaise a pu compter sur un Rui Patricio en grande forme, le gardien de Wolverhampton multipliant les arrêts.

Isolé de ses coéquipiers en attaque, le quintuple Ballon d'or est tout de même parvenu à arracher un ballon de la tête dans la surface espagnole qui aurait pu connaître meilleur sort si Raphael Guerreiro n'avait pas complètement manqué sa reprise du pied droit alors qu'il se trouvait seul au point de penalty (43e).

Au retour des vestiaires, alors que les champions d'Europe en titre respiraient mieux notamment grâce aux entrées de Bernardo Silva et William Carvalho, l'attaquant de la Juventus Turin a cru marquer son 102e but en sélection qui l'aurait rapproché du record mondial détenu par l'Iranien Ali Daei (109) mais sa puissante frappe du gauche s'est écrasée sur la barre transversale avant de rebondir devant la ligne des cages gardées par Kepa.

Mais cela n'a pas empêché les 2.500 spectateurs autorisés au stade José-Alvalade malgré la crise sanitaire, une première pour un match au Portugal depuis le début de la pandémie du coronavirus en mars, de vibrer par moments avant de se concentrer sur l'équipe de France en Ligue des Nations.

Ces rencontres ont surtout servi à préparer les prochains matches de Ligue des nations, en fin de semaine, avec dans certains cas, comme pour l'Allemagne, des effectifs très rajeunis. Allemagne-Turquie a permis à Joachim Low de faire tourner son effectif, autour d'un capitaine-buteur venu du Paris SG, Julian Draxler, qui a ouvert le score. Mais les jeunes Allemands, s'ils ont mené trois fois, ont été rejoints trois fois par les Turcs, la dernière après quatre minutes d'arrêts de jeu sur cinq.

L'Italie se fait plaisir

Parmi les autres prétendants au titre lors du prochain Euro (11 juin-11 juillet 2021), l'Italie de Roberto Mancini, qui recevait la modeste Moldavie, a fait travailler ses attaquants: 6-0, dont deux buts d'El Shaarawy.

La Pologne n'a pas eu besoin de Robert Lewandowski, l'insatiable buteur du Bayern Munich, pour disposer de la Finlande (5-1) et c'est Kamil Grosicki, auteur d'un triplé en première période, qui en a profité pour briller.

Quant aux vice-champions du monde croates, qui venaient d'encaisser huit buts en deux matches, face au Portugal (4-1) et à la France (4-2), ils sont allés se rassurer avec la manière en Suisse (2-1), après avoir pourtant été menés 1-0.

La seule surprise de la soirée est venue des Pays-Bas, battus à domicile pour la deuxième fois d'affilée, par le Mexique (1-0), après leur revers de septembre face à l'Italie, sur le même score. Jeudi, la Belgique, toujours en tête du classement Fifa mais toujours en quête d'un premier grand titre, recevra la Côte d'Ivoire, une sélection qui n'a plus joué depuis novembre 2019, et l'Angleterre recevra le pays de Galles.

AFP