Coutinho Angleterre Brésil
Coutinho n'a pas pu marquer contre l'Angleterre | Adrian DENNIS / AFP

Amicaux : Le Brésil et l'Espagne tenus en échec

Publié le , modifié le

L'Angleterre et le Brésil de Neymar ont fait match nul (0-0) en match amical, mardi soir à Wembley. Sortant d'une large victoire contre le Japon vendredi (3-1), le Brésil n'a pas confirmé face à une Angleterre rajeunie. Dans l'autre match amical "attendu" de la soirée, l'Espagne et la Russie ont terminé dos à dos (3-3).

Le Brésil avait été la première nation à valider son billet pour la Russie sur le terrain, au mois de mars. Intelligente, créative, solide en défense, l'équipe de Tite a impressionné, terminant les qualifications sud-américaines largement en tête, avec dix points de plus que l'Uruguay (2e). Malgré tout, l'équipe-type de Tite n'a que très peu joué ensemble, même pas le temps d'une période complète. Et contre l'Angleterre, jeune mais solide, elle avait l'occasion de gagner en cohésion.

Mais, à Wembley comme partout ailleurs, celui dont on attendait le plus, c'est évidemment Neymar. Encore plus sous le feu des projecteurs depuis sa sortie larmoyante après le succès contre le Japon... Alors que l'ancien Barcelonais fait face à des interrogations sur son adaptation à la vie parisienne, "Ney" devait répondre sur le terrain et faire taire ceux qui "créent des histoires". Si le joueur le plus cher du monde n'a pas démérité, il a été incroyablement maladroit dans le dernier geste, donnant l'impression de parfois se débarrasser du ballon, à l'image de ses deux retours intérieurs, conclus inévitablement par une frappe dans les tribunes (11, 28) ou de cette contre-attaque supersonique gâchée (70).

15e match de suite sans défaite pour l'Espagne

De son côté, l'Espagne n'a pas réussi à enchaîner après son large succès 5-0 contre le Costa Rica il y a trois jours, tenue en échec cette fois-ci 3 à 3 par la Russie mardi à Saint-Pétersbourg. Avec ce résultat face au pays-hôte du Mondial-2018, les joueurs de Julen Lopetegui ont toutefois la satisfaction d'avoir enchaîné un 15e match de suite sans défaite. La Russie de son côté aura la satisfaction d'avoir fait bonne figure contre deux grosses équipes, après son court revers contre l'Argentine samedi à Moscou (0-1).

Les Espagnols ont dominé l'essentiel des débats et ont ouvert la marque rapidement par Alba de la tête (9). Ramos doublait la mise sur penalty peu après la demi-heure de jeu (2-0, 35e), après une main dans la surface de Kuzyayev. Mais Smolov réduisait le score avant la pause (41), et la Russie revenait à hauteur en début de seconde période par Miranchuk (51), qui poussait au fond un ballon repoussé par Nacho Fernandez. Ramos provoquait ensuite une nouvelle faute russe dans la surface et il convertissait lui-même ce second penalty pour redonner l'avantage aux champions du monde 2010.

Mais Smolov réussissait lui aussi un doublé à la 70e minute, d'une belle frappe à l'extérieur de la surface pour une nouvelle fois ramener les Russes à hauteur. En toute fin de match, le gardien russe Andrei Lunev était mis KO dans un choc avec Rodrigo Moreno alors que l'entraîneur russe avait déjà opéré tous ses changements. C'est le milieu du Spartak Moscou Denis Glushakov qui enfilait le maillot de gardien et les gants pour les derniers instants, mais l'Espagne n'avait pas le temps d'en profiter.