Thomas Tuchel

Amical : Le PSG renoue avec la victoire contre l'Atlético Madrid (3-2)

Publié le , modifié le

Après 4 matches amicaux plus que moyens, le PSG retrouvait quelques joueurs professionnels face à l'Atlético Madrid dont Marco Verratti et Angel Di Maria. Encore une fois, la deuxième mi-temps a été plus compliquée. Mais à la fin c'est Paris qui gagne face aux coéquipiers de Kevin Gameiro, grâce à des buts de Christopher Nkunku, Moussa Diaby et Virgiliu Postolacchi (3-2). Prochain rendez-vous samedi 4 août pour le Trophée des Champions contre l'AS Monaco.

Le PSG retrouvait Trapp, Kurzawa, Verratti, Rabiot et Di Maria, tous alignés d'entrée par Thomas Tuchel dans un dispositif en 3-5-2. Si l'on ne devrait pas retrouver le tandem Nkunku - Di Maria en attaque cette saison, il est fort probable de revoir le trio Verratti-Rabiot-Lo Celso au milieu de terrain.

Le onze de départ est celui de la première mi-temps. Mi-temps au terme de laquelle le PSG mène 1-0 grâce à un but de Christopher Nkunku à la 31e minute. Son troisième de la campagne amicale, inscrit après une frappe repoussée de Di Maria.

Le PSG domine globalement cette première mi-temps, confisquant le cuir (61% de possession), mais l'Atlético a eu plusieurs situations chaudes, notamment dans les cinq dernières minutes du premier acte. A la 41e minute, Nsoki se jette, Diarra se précipite et il faut un tacle sur la ligne de Rimane pour contrer la frappe cadrée de Vietto.

Moussa Diaby s'est montré

Tuchel profite de la pause pour changer tous ses hommes excepté Kevin Trapp. Si les Parisiens avaient justement été friables en fin de rencontre face au Bayern (3-1) et Arsenal (5-1), cette fois ils ont tenu la dragée haute aux hommes d'El Cholo Simeone. A noter, un très remuant Moussa Diaby. En 10 minutes, le milieu offensif de 19 ans a poussé Adán à la parade, puis a fracassé la barre transversale d'une reprise de volée du gauche (65'), avant de trouver le chemin des filets, crucifiant le portier adverse (71').

2-0 pour le PSG mais Mollejo réduit le score à bout portant malgré une double parade de Kevin Trapp (75'). A la 85e minute, c'est un csc qui permet aux Colchoneros de recoller à 2-2. Mais les titis parisiens ont su trouver les ressources pour s'imposer dans le temps additionnel grâce à une magnifique enroulée du gauche de Postolacchi (90+3').

Rabiot, opération séduction ?

Rabiot n'appréciait pas de jouer le rôle de numéro 6. C'est même devenu un point de crispation non négligeable dans les négociations pour sa prolongation de contrat, qui traîne en longueur. Dans ce match, on a pu constater un partage des tâches. Pas de vrai numéro 6 entre Verratti et Rabiot et Lassana Diarra, aligné en charnière centrale, a assumé un gros travail de relance. Adrien Rabiot s'est également vu confier le brassard de capitaine. Une opération séduction pour débloquer sa prolongation ? Thomas Tuchel l'a dit récemment, il "adore le joueur" et souhaite le conserver.