Wolfsburg
Bas Dost a de nouveau marqué pour Wolfsburg | PATRIK STOLLARZ / AFP

Wolfsburg assure l'essentiel

Publié le , modifié le

Wolfsburg, vice-dauphin et lauréat de la Coupe la saison dernière, a dû cravacher pour battre l'Eintracht Francfort (2-1) et figurer parmi les vainqueurs de la première journée de Bundesliga.

L'équipe de Dieter Hecking fut moins souveraine que le Bayern Munich, facile vainqueur de Hambourg (5-0) en ouverture, et Dortmund, qui a corrigé Mönchengladbach (4-0) samedi. Vulnérable en défense et en manque d'efficacité offensive, le club du nord a tremblé jusqu'au bout pour signer sa 3e victoire du mois, après la Supercoupe contre le Bayern le 1er août puis les premiers pas en Coupe d'Allemagne le week-end dernier. Les "Loups", avec le Français Josuha Guilavogui titulaire, n'ont pas su enchaîner sur un début de match tonitruant marqué de deux buts: Ivan Perisic (13e) ouvrait la marque d'une tête croisée sur un centre de Max Kruse, et le géant néerlandais Das Bost doublait la mise (17e).

L'Eintracht a rapidement réduit la marque par Reinartz (19e) puis fièrement défendu ses chances jusqu'au coup de sifflet final. Max Kruse, transfuge de Mönchengladbach, a été l'un des plus en vue des vice-champions d'Allemagne, privés, il est vrai, du gardien N.1 Diego Benaglio, du champion du monde André Schurrle et du milieu défensif brésilien Luiz  Gustavo. Kevin de Bruyne, convoité par Manchester City après une saison  exceptionnelle en Bundesliga, est apparu moins constructif et moins inspiré, particulièrement en seconde période. L'attaquant international belge a même été la cible de quelques sifflets avant de laisser sa place (75e).

En clôture de la première journée, Cologne s'est imposé sur la pelouse de Stuttgart (1-3), avec un but et une passe décisive du Français Anthony Modeste, transfuge d'Hoffenheim. Auteur d'un triplé le week-end dernier en Coupe, Modeste a ouvert la marque sur penalty (75e), réalisation qu'il célébrait avec un biberon en bouche, avant d'offrir au Japonais Osaka le 3e but dans le temps additionnel (90e+2).

AFP