Uli Hoeness
Uli Hoeness, président du Bayern Munich | CHRISTOF STACHE / AFP

Uli Hoeness sera jugé en mars

Publié le , modifié le

Uli Hoeness, président du Bayern Munich, club de football le plus titré d'Allemagne, sera jugé en mars pour fraude fiscale, a annoncé ce lundi un tribunal local.

M. Hoeness, personnalité influente et très médiatisée dans un pays où le  foot est le sport roi, est soupçonné d'avoir dissimulé de l'argent en Suisse.  La révélation de cette affaire par les médias au printemps avait choqué  l'Allemagne. Le tribunal de grande instance de Munich a annoncé lundi qu'il avait décidé  de la tenue d'un procès "pour des faits de fraude fiscale" sur la base d'une  plainte du parquet. La première audience est prévue le 10 mars 2014.

Interrogé lors d'une conférence de presse gouvernementale régulière, le  porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, a affirmé "ne  pas avoir à commenter cette procédure judiciaire de la même manière qu'il ne  commente pas d'autres procédures". Fin avril, il avait exprimé la déception de la chancelière. "Beaucoup de  gens en Allemagne sont déçus par Uli Hoeness, la chancelière fait partie de  ceux-là", avait-il déclaré. 

Soutien du conseil de surveillance​

M. Hoeness n'a jamais caché sa sympathie pour le parti conservateur de Mme  Merkel. La chancelière l'avait reçu avant que n'éclate le scandale et elle a  plusieurs fois assisté à des rencontres de football à ses côtés. Le conseil de surveillance du club bavarois, au sein duquel siègent  plusieurs grandes figures de l'industrie allemande, comme Herbert Hainer  (Adidas), Martin Winterkorn (Volkswagen) ou Rupert Stadler (Audi), a maintenu  lundi sa confiance à M. Hoeness, 61 ans, dans un communiqué diffusé quelques  minutes après celui du tribunal de Munich. "Il existe au sein du conseil de surveillance un consensus pour qu'Uli  Hoeness continue d'exercer ses fonctions de président du FC Bayern Munich  malgré le procès annoncé aujourd'hui", ont réagi les dirigeants. Ils précisent dans le communiqué que la loi allemande "ne prévoit aucune  interdiction d'activité pour un membre d'un conseil de surveillance en cas de  condamnation pénale". 

"Par ailleurs, l'idée que les représentants des conseils de surveillance  des grandes entreprises allemandes qui siègent au sein du conseil du FC Bayern  devraient veiller à ce que le club observe une politique de +tolérance zéro+ à  l'égard de M. Hoeness, est erronée", poursuit le communiqué du club.Le tribunal n'a pas fourni de détails sur les faits reprochés au président  du club champion d'Europe et d'Allemagne. Il a précisé qu'il n'en fournirait  pas "avant la lecture de l'acte d'accusation" lors du procès, "en raison des  obligations de confidentialité liées aux procédures en matière de fiscalité".   

Quatre journées d'audience​

Quatre journées d'audience sont annoncées du 10 au 13 mars et "l'audition  de quatre témoins est prévue", a précisé le tribunal. Le 20 avril dernier, la presse allemande avait révélé que Hoeness avait  caché de l'argent en Suisse et négligé de payer des millions d'euros d'impôts  sur des intérêts engrangés par ces avoirs. Arrêté le 20 mars, Uli Hoeness, avait été libéré le même jour après  versement d'une caution de 5 millions d'euros. M. Hoeness s'était dénoncé auprès des autorités fiscales allemandes en  janvier et avait reconnu avoir commis une "faute grave", indiquant qu'il allait  chercher à "réparer une partie de sa faute". Dans une interview publiée en  avril, il avait reconnu avoir profité des lois suisses sur le secret bancaire.

Véritable géant du football allemand, le club bavarois, leader du  championnat d'Allemagne à l'issue de la 11e journée et qui vient à cette  occasion d'égaler le record d'invincibilité détenu depuis 1983 par Hambourg  avec 36 matches d'affilée sans défaite, détient également le record de titres  de champion de Bundesliga (23). La saison passée, le Bayern avait réalisé un triplé historique: Ligue des  champions, victoire en championnat et en Coupe d'Allemagne.

AFP