Pep Guardiola Franck Ribéry Bayern
Franck Ribéry à l'entraînement sous les yeux de Pep Guardiola | AFP - KARIM JAAFAR

Pep Guardiola met en garde Franck Ribéry

Publié le , modifié le

Malmené par ses gardes du corps, Franck Ribéry a tendance à répondre ses derniers temps. Contre Donetsk en Ligue des Champions, contre Eitracht Brunswick le milieu de terrain a eu des gestes d'humeur qui n'ont pas plus à son entraîneur. Peu Guardiola a mis en garde son joueur pour que cela ne se reproduise plus.

Quand on provoque beaucoup, ce qui est le cas de Franck Ribéry balle au pied, on est la cible de défenseurs. Coupables d'intervention parfois limites que ne goûtent pas "Kaiser Franck". Envoyé au tapis par une intervention très rugueuse du défenseur Benjamin  Kessel, Ribéry avait réagi en lançant un coup de pied vers son agresseur, finalement le seul à écoper d'un carton jaune (6e minute). Sérieusement malmené par les Ukrainiens, Ribéry avait déjà montré des gestes d'énervement au match aller contre Donetsk. "Cela ne doit plus se reproduire à l'avenir, a prévenu Guardiola, en pensant particulièrement au 8e retour de Ligue des Champions mercredi contre le Shakhtar Donetsk (0-0 à l'aller).

"Un tel match, c'est comme une finale, il faut savoir se contrôler. C'est  très difficile de jouer à dix contre onze en Ligue des champions", a insisté le Catalan, marqué par les expulsions de Mehdi Benatia sur la pelouse de Manchester City, dans l'unique défaite (3-2) munichoise en phase de poules, puis de Xabi Alonso contre le Shakhtar. "Il (Kessel) s'est jeté les deux pieds en avant. Cela aurait pu être  dangereux pour moi", s'est défendu Ribéry. "Ca va. C'est le football. Je n'avais pas l'intention de faire mal", a-t-il ajouté. Il avait été remplacé par Juan Bernat après l'heure de jeu. Ribéry avait reçu le soutien de son jeune coéquipier David Alaba: "Quand on a toujours trois ou quatre joueurs sur le dos, il y a un moment où ça énerve",  avait déclaré l'international autrichien au micro de la chaîne télévisée Sky Sports après la rencontre.

Benoit Jourdain @BenJourd1