Löw Joachim portrait Allemagne 2006
Le sélectionneur allemand Joachim Löw | AFP - Sakis Savides

Löw prolonge l'aventure à la Mannschaft

Publié le , modifié le

Les rumeurs faisaient état de l'intérêt du Bayern Munich pour succéder à van Gaal, mais Joachim Löw n'a pas laissé les bruits s'imposer. Sept mois après avoir prolongé son bail à la tête de la Mannschaft jusqu'en 2012, le sélectionneur et la Fédération allemande ont déjà paraphé une prolongation pour mener l'homme jusqu'au Mondial-2014 au Brésil. S'il va jusqu'au bout, il aura alors passé huit années aux commandes. L'Allemagne n'a plus rien gagné depuis l'Euro-1996.

"Les négociations ont encore montré qu'il existait entre nous une grande confiance mutuelle. Nous sommes dans les meilleures conditions pour poursuivre à l'avenir le travail entrepris ces dernières années". Les paroles de Theo Zwanziger, le président de la Fédération allemande (DFB), montrent bien que la leçon a été retenue. Lors du Mondial-2010, Joachim Löw et sa Fédération étaient au bord du divorce, en pleine compétition, alors que le contrat du sélectionneur arrivait à son terme et que son employeur estimait que ses prétentions financières étaient trop élevées. Une demi-finale plus tard et un jeu ainsi que des joueurs séduisants, et voilà que la DFB donne une sorte de carte-blanche à "Jogi". En décidant de prolonger le contrat jusqu'à la Coupe du monde 2014, après avoir déjà prolongé l'échéance jusqu'à l'Euro 2012 voici sept mois, la fédération donne les pleins pouvoirs à un homme qui a pour mission de remettre l'Allemagne au sommet. De l'Europe, ou du monde, voire des deux... "Nous croyons en ce groupe de joueurs de qualité et nous estimons que de belles perspectives s'ouvrent à lui", a renchéri Löw qui a lancé dans le grand bain Mesut Özil, Sami Khedira et Thomas Müller.

Il est certain que les rumeurs faisant état de la volonté du Bayern Munich de s'attacher ses services ont certainement pesé dans l'accélération des tractations. La puissance financière et le charisme des dirigeants de la maison bavaroise auraient peut-être pu faire vaciller les convictions de Joachim Löw, qui n'a jamais connu de belle expérience en club avant de réussir en équipe nationale. Mais s'il a rajeuni son effectif et révolutionné le style de jeu de la sélection, qui a enthousiasmé les observateurs l'été dernier, Löw n'est toujours pas parvenu à lui offrir un titre. L'Allemagne n'a plus remporté de trophée depuis l'Euro-1996, une disette sans précédent dans l'histoire d'une sélection triple championne d'Europe (1972, 1980, 1996) et triple championne du monde (1954, 1974, 1990).
Son avenir assuré, Löw va pouvoir se pencher sur un autre dossier délicat concernant Michael Ballack, son capitaine longtemps blessé et remplaçant au Bayer Leverkusen. Tout porte à croire que Löw devrait annoncer à sa star vieillissante dans les prochains jours qu'il ne compte plus sur lui. C'est à ce prix selon lui que l'Allemagne retrouvera les sommets en 2012 et/ou 2014.

Quelques heures avant l'annonce officielle de sa prolongation, Joachim Löw avait déjà laissé poindre la finalité des discussions: "Nous avons de bonnes perspectives avec nos jeunes joueurs, la Fédération soutient notre projet, on peut donc partir du principe que nous allons poursuivre notre chemin au-delà de l'Euro-2102. L'Euro-2012 n'est qu'une étape vers le Mondial-2014", disait-il dans Bild, avant d'écarter toute possibilité de doublonner entre la sélection et un club, aussi prestigieux soit-il: "Equipe nationale et Bayern, équipe nationale et Dortmund, équipe nationale et Brême, à mes yeux, c'est impossible, car il y aurait conflit d'intérêt".

Avec plus de trois années devant lui et déjà une nouvelle génération talentueuse révélée l'an dernier en Afrique du Sud, Löw a toutes les cartes en main pour briller. Reste que si l'Euro se révèle infructueux, voire mauvais, il pourrait tout de même ne pas voir le Brésil deux ans après.