Bundesliga Leverkusen Leipzig 112016
. | AFP - Ina Fassbender

Leipzig prend provisoirement la tête de la Bundesliga

Publié le , modifié le

Méprisé, critiqué, malmené, mais en tête de la Bundesliga ! Le RB Leipzig a provisoirement dépassé le Bayern en tête du championnat d'Allemagne grâce à une victoire 3-2 à Leverkusen vendredi. Le nouveau promu, toujours invaincu en 11 journées, compte 3 points d'avance sur le Bayern Munich, qui joue samedi (18h30) un difficile "Klassiker" au Signal Iduna Park de Dortmund.

Les hommes d'Ancelotti n'ont plus d'autre choix que de s'imposer à l'extérieur contre le Borussia pour conserver leur première place, au bénéfice d'une meilleure différence de buts. L'objectif affiché par l'entraîneur de Leipzig Ralph Hasenhüttl était clair: "Rester invaincus". Une modestie relayée par Ralf Rangnick, le directeur sportif, qui répond lorsqu'on lui parle de disputer le titre au Bayern: "On ne pense pas une seconde à ça. Nous nous fixons nos propres buts, qui correspondent à notre propre développement".

Après un échange de buts dans les 4 premières minutes (Kevin Kampl, 1-0, 2e puis Julian Baumgartlinger csc 1-1, 4e), les deux équipes se livraient un duel équilibré jusqu'au but du jeune international de Leverkusen Julian Brandt (2-1, 45+2), le meilleur homme du Bayer ce vendredi. Le même Brandt obtenait un pénalty à la 54e minute, mais le tir de Hakan Calhanoglu était repoussé par le gardien Peter Gulacsi. C'était le tournant du match. 

"Un produit publicitaire"

Peu après, l'international suédois Emil Forsberg égalisait pour Leipzig d'un tir magistral en pleine course de 25 mètres. (2-2, 67e). Les deux équipes ne se satisfaisaient pas de ce score de parité et jetaient toutes leurs forces dans la bataille, Leipzig se créant les meilleures situations, jusqu'au but logique du défenseur central Willi Orban, venu placer sa tête en position d'avant-centre sur une attaque construite.(3-2, 81e).

Leipzig, passé en sept ans de la cinquième à la première division, reste depuis le début de saison sous le feu roulant des critiques des "traditionnalistes" du foot allemand. En gros, on reproche au RB d'être contrôlé à 100% par la firme Red Bull, de trahir la tradition des clubs "populaires" allemands, et de n'être qu'un produit publicitaire pour son propriétaire.
 

AFP