Ancelotti observe Lahm
Ancelotti observe Lahm | AFP

Le capitaine du Bayern met en garde contre le populisme

Publié le , modifié le

Le capitaine du Bayern Munich Philipp Lahm met en garde contre la montée du populisme en Allemagne, mais également en France, dans une interview publiée dimanche par le journal Welt-am-Sonntag. "L'Allemagne ne doit pas virer à droite. Les populistes ne doivent pas avoir plus de pouvoir, affirme le joueur de 33 ans. Nous avons travaillé pendant des années pour que l'Allemagne devienne un pays ouvert au monde. Nous devons tout faire pour qu'elle le reste. Nous vivons ici dans une société très saine, nous n'avons pas le droit de perdre cela."

Interrogé spécifiquement sur la montée du Front National en France, 20 ans après la victoire de l'équipe "Black-Blanc-Beur" à la Coupe du monde 1998, Lahm répond: "Je n'occulte pas cela. Ces évolutions dans d'autres pays déterminent notre vie à tous (...) Les élections aux Pays-Bas sont l'exemple le plus actuel. Les populistes de droite -Dieu soit loué- n'ont pas été si forts qu'on le craignait, mais au printemps, la France vote, et à l'automne l'Allemagne. Je pense qu'il est important que nous n'y pensions pas seulement, mais que nous en parlions tous". 

Capitaine de l'Allemagne championne du monde 2014, Lahm a annoncé qu'il prendrait sa retraite sportive en fin de saison. L'équipe d'Allemagne, tout comme l'équipe de France, est composée en partie de joueurs issus de familles d'origine étrangère. En 2016, un responsable du parti populiste allemand AfD avait attaqué verbalement Jerome Boateng, coéquipier de Lahm à Munich et l'une des stars de l'équipe nationale, dont le père est Ghanéen: "Les gens le trouvent bon comme footballeur. Mais ils ne veulent pas d'un Boateng comme voisin", avait lancé Alexander Gauland, suscitant une très vive réprobation en Allemagne.

AFP