Le bilan à mi-saison: Le Bayern seul au monde, le Borussia en perdition

Le bilan à mi-saison: Le Bayern seul au monde, le Borussia en perdition

Publié le , modifié le

Pendant que le Bayern Munich poursuit sa promenade de santé en Bundesliga, ses poursuivants -Wolfsburg, Leverkusen ou Schalke- s’efforcent tant bien que mal de maintenir le suspense. L’intérêt de la seconde partie de saison devrait surtout résider dans la capacité du Borussia Dortmund, perdu à l’avant-dernière place du classement, à réagir après une fin d’année 2014 cauchemardesque.

Le Bayern… et les autres

A ce rythme, le Bayern Munich terminera la saison avec 90 points, 82 buts marqués, 8 encaissés, et 22 points d’avance sur son dauphin. C’est à peu près dans la même veine que ses deux saisons précédentes… mais l’équipe de Pep Guardiola, cette fois-ci, compte bien devenir la première équipe à remporter la Bundesliga sans la moindre défaite au compteur, pour un troisième titre consécutif. Avec 4 petits buts encaissés à la trêve, les coéquipiers de Ribéry ont battu un nouveau record qui fait moins rêver qu’il ne frustre, tant l’écart entre le club bavarois et les autres est faramineux. Face à la menace de ce Championnat sans intérêt, l'ex-sélectionneur de la Mannschaft, Berti Vogts, a même suggéré que le Bayern reçoive moins d'argent des droits TV. Müller a déjà marqué 10 buts depuis la reprise, Götze, Lewandowski et Müller 7 chacun, et la force de frappe offensive de Munich continuera de monter en puissance avec le retour de Ribéry. "Si tu perds par 5 ou 6 buts à 0 chez eux, c’est normal", s’est désolé le coach d’Hoffenheim, Markus Gisdol. Celui d’Augsbourg, Markus Weinzierl, a même estimé que "le Bayern joue dans un autre Championnat".

Le Borussia, l’hiver dans le rouge

Comment passer de la finale de la Ligue des champions à la zone rouge du championnat allemand en un an et demi ? Demandez à Jurgen Klopp, pour voir. Après un début de saison encourageant (trois victoires et une défaite en Championnat, une victoire inaugurale en C1), le club de la Ruhr est tombé au plus bas. Début décembre, il devenait même lanterne rouge de Bundesliga, une première en 29 ans ! Le BVB n’a plus de buteur depuis les départ de Mario Götze en 2013 et de Robert Lewandowski en 2014 (à Munich tous les deux), et seul Aubameyang (5 buts) surnage dans le secteur offensif jaune et noir, trop souvent privé de Marco Reus qui enchaine les blessures aux chevilles. Vice-champion d’Allemagne l’an passé (mais avec 20 points de retard sur le Bayern…), Klopp accuse le coup. Le technicien allemand évoque "une vraie crise" depuis la fin du mois d’octobre, alors que ses hommes jouaient déjà "un football qui n’a absolument aucun sens". Paradoxalement, le Borussia a terminé premier de sa poule en Ligue des champions (il affrontera la Juve en huitièmes) et devra donc jouer sur les deux tableaux. Le maintien en Championnat et la qualification pour le Top 8 européen : il y a de quoi perdre la tête.

Wolfsburg, le dauphin surprise

Si Dortmund est l’équipe qui dégringole, Wolfsburg est celle qui monte en Allemagne. Depuis la fin du mois de septembre, le collectif de Dieter Hecking n’a perdu qu’un seul match en Championnat (3-2 à Schlake) et tient depuis avec brio son rang de dauphin du Bayern. Troisième attaque (33 buts marqués) et troisième défense (17 buts encaissés) d’Allemagne, Wolfsburg peut légitimement viser les places européennes si les cadres du club (Naldo, De Bruyne, Olic, mais aussi Guilavogui qui s’est bien relancé après un triste passage à l’Atlético) parviennent à maintenir cette dynamique jusqu’au printemps prochain. Derrière, le Bayer Leverkusen (3e à 6 points de Wolfsburg), le Borussia Mönchengladbach ou Schalke (4e et 5e à 7 points) ont désormais pour objectif de leur griller la priorité. Le titre, lui, est déjà joué.

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer