Ribéry Bayern Munich
Franck Ribéry, passeur sur le but de Kross, a permis aux Bavarois de prendre les devants. | CHRISTOF STACHE / AFP

Le Bayern Munich prend les commandes

Publié le , modifié le

Le Bayern Munich, avec Franck Ribéry comme passeur décisif, a pris les commandes de la Bundesliga après son match nul (1-1) à Leverkusen et la défaite de Dortmund à Mönchengladbach, samedi, lors de la 8e journée. Avec 20 points, le Bayern version Guardiola devance désormais d'une longueur Dortmund qui reste devant Leverkusen au classement à la faveur d'une meilleure différence de buts.

DÉMONSTRATION DE FORCE. Dans la foulée de son brillant succès à Manchester contre City (3-1), le Bayern a fait une nouvelle démonstration de force avec une forte domination récompensée seulement par un nul -- le 2e de la saison après celui concédé à Fribourg (1-1). "C'est dommage car on aurait du gagner 3-1 ou 4-1. Mais c'est le foot. On a pris un point et la première place, c'est le plus important", a déclaré Ribéry  au micro de Sky. Durant plus de 90 minutes, l'équipe de Guardiola a fait le siège des buts gardés par un Leno dans un grand jour mais sauvé aussi par sa transversale ou par un défenseur sur sa ligne sur une tête de Schweinsteiger dans les dernières secondes.

Ribéry, toujours aussi flamboyant, a mis sur orbite Kroos dont la frappe tendue a fait mouche (29e). Mais à la surprise générale, Leverkusen a égalisé dans les deux minutes suivantes: une frappe repoussée par Neuer dans les pieds de Sam et l'international allemand marquait son 6e but de la saison. Les vagues bavaroises ont déferlé de plus belle mais Müller a gâché une énorme occasion (35e) seul devant le but vide. Le scénario fut identique en seconde période. Leverkusen a plié mais n'a pas rompu. Le champion en titre pouvait se consoler avec la place de leader et une série désormais de 33 matches sans défaite entamée au lendemain d'une déroute en octobre 2012 face à... Leverkusen.
   
HOLD UP. Dominer n'est pas gagner, ni même faire nul... Dortmund en a fait la terrible expérience à Mönchengladbach, incapable de trouver la faille dans une défense très compacte avec pourtant les 10 joueurs de champ qui avaient disposé de Marseille (3-0) quatre jours plus tôt sur la scène européenne. Statistiquement, l'équipe de Klopp a remporté haut la main le duel des Borussia avec notamment un 27-6 aux tirs. Mais les Reus, Lewandowski et Aubameyang, si fringants depuis le début de saison, ont manqué de réalisme et de chance parfois face à une défense locale compacte et un Ter Stegen parfait  dans son rôle de dernier rempart. Le tournant du match est intervenu à la 80e minute lorsque Hummels a commis une faute indéniable dans la surface pour abandonner ses partenaires. Max Kruse a transformé le penalty et Raffael a réussi le K.O cinq minutes plus tard. Toujours invaincue à domicile après ce hold up, l'équipe de Lucien Favre s'installe au pied du podium, grâce à une meilleure différence de buts par rapport à Hanovre, tenu en échec la veille par le Hertha Berlin (1-1).
   
600E POUR SCHALKE. "Prince" Boateng, Szalai et Max Meyer ont permis à Schalke de signer sa 600e victoire en Bundesliga contre Augsbourg, succès facilité par l'expulsion de Klavan (faute dans la surface) réduisant les Bavarois à dix dès la 15e minute. Boateng a profité du penalty pour égaliser après l'ouverture du score surprise par Mölders (10e). La suite fut une formalité. Szalai s'est offert un doublé (28e, 78e) et Max Meyer a planté la 4e banderille (87e). Le club de Gelsenkirchen a retrouvé le Top 10.

AFP