David Villa - Barcelone 2010
David Villa | AFP - RAFA RIVAS

Le Barca au galop, le Real au petit trot, l'Atletico cartonne

Publié le , modifié le

Les Blaugrana ont réussi leur entrée en matière. En ouverture de la première journée de Liga, les champions d'Espagne en titre ont brillé sur le terrain du Racing Santander pour s'imposer (3-0). Dans les autres matchs, l'Espanyol a battu Getafe (3-1). En fin de soirée le Real Madrid a concédé le nul sur la pelouse de Majorque (0-0). Lundi, l'Atletico Madrid a étrillé Gijon 4-0 et a pris la tête.

Dans le bras de fer qui risque vraisemblablement de l'opposer au Real Madrid cette saison, Barcelone a pris un bon départ en dominant Santander (3-0). Une victoire obtenue sans que la formation de Pep Guardiola ait besoin de forcer son talent grâce à des réalisations de Lionel Messi (3e), Andres Iniesta (33e) et David Villa (62e). Les cadres sont déjà présents. Plus important encore, David Villa a débloqué son compteur dès sa première sortie en championnat.

Villarreal est la seule grosse équipe de Liga à avoir mal débuté, s'inclinant à Saint-Sébastien face à la Real Sociedad, l'un des trois promus (1-0). L'Atletico Madrid joue lundi soir à domicile face au Sporting Gijon. Avec son capitaine Puyol sur le banc, touché pendant l'échauffement et remplacé dans l'axe par Piqué aux côtés du Français Eric Abidal, le Barça a très vite construit son succès: Messi a parfaitement piqué son ballon après un excellent service d'Iniesta (1-0, 3e). Peu après l'heure de jeu, Iniesta a repris victorieusement de loin un ballon dégagé des poings par le gardien du Racing Toño (2-0, 33e). Un autre champion du monde, Victor Valdés, a évité un possible retour de Santander en repoussant un penalty de Tchité (36). Un troisième héros du Mondial sud-africain, David Villa, s'est mis en évidence. L'ancien buteur de Valence n'a pas mis longtemps à marquer pour son nouveau club, de la tête (3-0, 62e). Même avec Puyol et Xavi légèrement touchés, le Barça de Guardiola peut être pleinement satisfait de sa rentrée.

Le Real Madrid de Jose Mourinho passait son premier grand oral ce dimanche. Après une saison 2009-2010 exceptionnelle (96 points et 102 buts), le technicien portugais a annoncé vouloir faire des Merengue les nouveaux champions d'Espagne. Une ambition raisonnable tant la formation de la maison blanche fait rêver, avec Karim Benzema, Mesut Ozil ou Sami Khedira. Pourtant, les joueurs de la capitale ont souffert face une formation de Majorque toujours aussi intraitable à domicile. Cinquième la saison passée, les joueurs de Michael Laudrup ont tenu leur rang. En première période, le Real a péniblement mis son jeu en place. Cristiano Ronaldo, qui revêt désormais le numéro 7, a été le seul à sortir son épingle du jeu mais son enroulé du droit (13e min) frôlait le cadre. Très attendu cette saison après un premier exercice malheureux, Karim Benzema a fait son entrée en jeu à l'heure de jeu. Quasi-inexistant, l'international français a semblé à la peine pour trouver sa place sur le terrain. Au terme d'un match attrayant mais en manque de réalisme offensif, Majorque est parvenu à sauver le point du nul. Faux-départ pour Jose Mourinho, qui aura encore fort à faire pour appliquer sa méthode de jeu à l'école madrilène. Le Portugais a même hérité d'un carton jaune en fin de rencontre, afin de parachever une partie à oublier.

Surfant sur son succès en Supercoupe d'Europe (2-0 contre l'Inter Milan), l'Atletico Madrid a enchaîné lundi avec un beau succès sur le Sporting Gijon 3-0. Forlan a encore régalé Calderon avec un doublé (39e, 63e). Jurado avait ouvert le score (11e) tandis que Simao a corsé l'addition en fin de match. Avec ce score, les Colchoneros dépassent le Barça et Séville (3-0 chacun) et prennent la tête de la Liga.