Dortmund
La joie des joueurs de Dortmund | AFP - JOHN MACDOUGALL

Dortmund-Bayern, sur un air de revanche

Publié le , modifié le

La Bundesliga va vibrer ce week-end grâce à son "Klassiker", le choc opposant Dortmund à son grand rival, le Bayern Munich. L'affiche est d'autant plus intéressante, que le club de la Ruhr ne compte que quatre points de retard sur l'ogre bavarois. Franck Ribéry, lui, ne pourra pas participer au grand défi de cette 13e journée en raison d'une côte fracturée.

Les blessures

"C'est vraiment dommage car j'aurais vraiment aimé jouer ce gros match à Dortmund. Mais je suis sûr que  l'équipe réussira même sans moi", avait indiqué Ribéry. L'international français rate encore l'occasion de briller devant les électeurs du Ballon d'or, un titre qu'il convoite depuis cinq ans. Auteur de quatre buts et sept passes décisives, le natif de Boulogne-sur-Mer sera par ailleurs privé du match de Ligue des Champions face au CSKA Moscou. Pour ce remake de la finale de Ligue des Champions, c'est surtout le BVB qui risque d'être le plus handicapé au niveau des blessés, avec les absences notables de Schmelzer, Subotic, Pisszczek ou encore Hummels, Dortmund risque d'aborder ce choc avec une certaine fébrilité. "Celui qui dit que les chances contre le Bayern, c’est du 50-50, a perdu de vue la réalité des choses", affirme même le directeur général du club, Hans-Joachim Watzke. "80% de mes cheveux gris sont apparus cette semaine", a lancé Jurgen Klopp en référence aux absences qui déciment sa défense.

La forme

Pendant que le Bayern enchaîne les records (neuf victoires d'affilée en Ligue des Champions, 37 en Bundesliga), le BVB est en proie au doute, comme l'atteste son dernier match ponctué par une défaite (2-1) face à Wolfsburg. Mais pouvant compter sur son incroyable public, Dortmund reste capable de titiller l'ogre bavarois. Le BVB n'est-il pas le seul club à avoir battu le Bayern cette saison, en SuperCoupe d'Allemagne (4-2) ? Un succès aurait le mérite de relancer le suspense pour le titre. La pression sera indéniablement  sur Dortmund qui, en cas de défaite, serait largué à sept longueurs du rival bavarois et pourrait même être dépassé par Leverkusen, à égalité de points  avant son déplacement au Hertha Berlin. Sans compter que l'équipe de Jürgen  Klopp jouera trois jours plus tard son avenir en Ligue des champions sur sa  pelouse face à Naples. Avec quatre points d'avance avant le choc, le Bayern est assuré de rester  aux commandes de la Bundesliga, lui qui a déjà en poche son billet  pour les  8es de finale de la C1 avant son déplacement mercredi au CSKA Moscou. Mais le terme défaite étant banni à Munich, le géant bavarois entend bien porter à 38 matches son record d'invincibilité en route vers le titre officieux de champion  d'automne avant d'aller au Maroc pour le Mondial des clubs mi-décembre.

Le retour de Götze

"Ce sera le moment le plus difficile de ma carrière". Mario Götze sait qu'il sera hué dès sa première foulée sur la pelouse de ses  premiers exploits. Qu'il aura contre lui le célèbre "Mur jaune", cette tribune  sud composé d'inconditionnels qui ne lui ont pas pardonné son départ à  l'intersaison, particulièrement chez l'ennemi bavarois. "On en a parlé avec  Mario mais ce sera à lui de se débrouiller sur le terrain", a fait remarquer  son entraineur catalan.

"Klassiker" contre "Clasico"

"Je sais que c'est un match spécial mais  c'est difficile de comparer avec le Clasico", a dit Guardiola à la veille de  son premier "Klassiker", visiblement moins tourmenté que les chocs contre le  Real Madrid de José Mourinho. Quant à savoir qui est le pire rival entre  Mourinho et Klopp? "Je me concentre uniquement sur mon travail", a répliqué  sagement le Catalan, qualifiant tout de même son alter ego allemand de "l'un  des meilleurs entraîneurs au monde".

Romain Bonte