La joie des Bavarois
Le bonheur des joueurs du Bayern, Thiago Alcantara et Boateng | AFP - PATRIK STOLLARZ

Deuxième carton de suite pour le Bayern

Publié le , modifié le

Vainqueur (4-0) de Fribourg la semaine dernière, le Bayern Munich a réédité son festival offensif en allant s'imposer à Hanovre (4-0) lors de la 22e journée. Avec les défaits du Bayer et de Dortmund, la veille, les Bavarois s'envolent donc au classement pour compter désormais 19 points d'avance sur son dauphin, Leverkusen.

Avec 19 points d'avance sur leur dauphin Leverkusen, les hommes de  Guardiola jouent décidément dans un autre championnat, se motivant avec la  perspective d'établir de nouveaux records: ils sont ainsi engagés dans une  série historique de 47 matches de Bundesliga sans défaite. Dimanche, les champions d'Europe en titre n'ont fait qu'une bouchée de  Hanovre, pourtant honnête 11e du Championnat. Et cela alors que Pep Guardiola avait fait tourner son effectif, Starke  remplaçant Neuer dans les buts alors que Kroos et Robben avaient pris place sur  le banc, remplacés par le revenant Schweinsteiger et Thomas Müller. Ribéry, toujours convalescent d'une opération aux fessiers, ne figurait lui  toujours pas sur la feuille de match, Götze adoptant le rôle de trublion côté  gauche.

Müller, déjà buteur lors du huitième de finale aller de Ligue des champions  remporté mercredi dernier par les Bavarois sur le terrain d'Arsenal (2-0), a  poursuivi sur sa lancée. Auteur d'un doublé, il a une nouvelle fois démontré  l'étendue de sa palette, ouvrant le score de la tête sur un centre de Rafinha  (25e), avant de faire parler sa frappe du droit (59e). Thiago Alcantara, un ton en retrait contre Arsenal, se montrait plus  inspiré en marquant le but du 2-0 (34e) alors que Mandzukic profitait d'un  nouveau centre millimétré de Rafinha pour clôre le festival en beauté (66e). Starke, doublure de Neuer, avait tout de même le loisir de s'exprimer au  moins un peu en fin de match en sortant une frappe de Schulz. Mais malgré tous  les efforts des locaux pour sauver l'honneur, les Bavarois gardaient une  nouvelle fois leurs cages inviolées.

AFP