Allemagne Mayence Bo Svensson 092010
Le joueur de Mayence Bo Svensson | AFP - Andreas Gebert

Chocs en pagaille en Bundesliga

Publié le , modifié le

La 7e journée de la Bundesliga pourrait bouleverser totalement le classement et même le futur de la saison, avec trois chocs majeurs. Samedi, le leader Mayence accueille Hoffenheim avec l'objectif d'égaler le meilleur début de saison de l'histoire avec un 7e succès. Dimanche, son dauphin Dortmund reçoit un Bayern Munich condamné à réagir après son échec à domicile contre le leader.

Mayence, l'égal du Bayern ? Après s'être imposé la semaine dernière dans l'antre du club bavarois (2-1), le club de Rhénanie-Palatinat a l'occasion de faire aussi que le meilleur résultat de l'histoire réalisé par l'équipe munichoise (1995-1996) et par Kaiserslautern (2001-2002). Si Mayence s'impose samedi, il remportera en effet sa 7e victoire de la saison, en autant de matches. Un défi immaculé qui passe néanmoins par un challenge délicat, à savoir dominer Hoffenheim. "Nous n'avons pas de temps à perdre à rêver, nous voulons poursuivre ce qu'on a commencé", prévient le technicien allemand de 37 ans, le plus jeune entraîneur de Bundesliga. Proche de ses joueurs, enthousiaste, l'entraîneur au look d'éternel étudiant met au point un système de jeu baptisé "défense offensive", sorte de pressing permanent reposant sur une condition physique parfaite et une science aboutie du contre. Avec en prime une triplette offensive qui fait des merveilles. Andreas Schürrle, 19 ans, a déjà marqué trois buts. Lewis Holtby, capitaine de l'équipe d'Allemagne Espoirs, en est à deux buts et surtout quatre passes décisives. Le Hongrois Adam Szalai, sous contrat avec le Real Madrid jusqu'à mai, a marqué deux fois, dont le but de la victoire plein de culot contre le Bayern. Mais l'équipe d'Ibisevic est bien décidée à ne pas laisser Mayence imiter le parcours de leur équipe en 2008-2009, qui avait joué le titre jusqu'au printemps. "On prend les matches les uns après les autres, tout est possible", insiste son gardien de but Christian Wetklo. Récemment installés dans l'élite allemande, les deux clubs s'offrent le choc médiatique et exposé de cette 7e journée, mais les coéquipiers de Demba Ba savent pertinemment que la place de leader en début de saison n'aboutit pas forcément à l'Everest au mois de mai.

A l'opposé, le Bayern Munich doit mettre fin à une hémorragie qu'il n'avait connu qu'une fois dans son histoire, en 1977. Et ce n'est pas une mince affaire. Sans Ribéry ni Robben, ses deux magiciens, battu par Mayence et Kaiserslautern, tenu en échec par Cologne, le champion en titre aura fort à faire face à Dortmund, l'autre équipe qui impressionne depuis la 1re journée. Avec seulement deux petites victoires, les vice-champions d'Europe en titre aimeraient s'appuyer sur un succès étrique en Ligue des Champions contre Bâle (2-1) pour "marquer le début d'une série de bons résultats" selon les termes de Louis van Gaal. En sont-ils capables ? Le problème, c'est que le Borussia affiche une forme presque aussi étincelante que Mayence, avec un seul petit revers à son compteur. De retour sur le devant de la scène nationale qu'il n'a plus occupée depuis 2002 et son dernier titre de champion, le club côté en bourse rêve d'accrocher les Munichois et de confirmer leur montée en puissance. Et d'assoir un peu plus leur statut de meilleure attaque d'Allemagne et de co-meilleure défense avec Mayence.