Schalke 04
Secoués par la grogne des supporters, les dirigeants veulent envoyer un signe fort. | AFP

Bundesliga : Schalke 04 prévoit d'instaurer un salary cap

Publié le , modifié le

D'après le Süddeutsche Zeitung, Schalke 04 prévoit d'instaurer un salary cap afin d'encadrer les prochains contrats signés avec le club allemand.

Plongé dans l'immobilité et dans un ennui presque métaphysique, le football européen a envisagé "son monde d'après" entre mars et mai. En France, plusieurs présidents de clubs de Ligue 1, dont Bernard Caïazzo, ont sorti du placard l'idée d'un salary cap (plafond salarial). En Allemagne, Karl-Heinze Rummenigge, le patron du Bayern, et Fritz Keller, le président de la Fédération, ont eux aussi émis le souhait d'une nouvelle restriction devant assainir le monde du football, rendu vulnérable par excès de dérégulation.

Une réforme poussée par la crise

Cet élan régulateur a rapidement été déplacé dans l'ombre, happé par le retour des compétitions et écrasé par les querelles concernant l'arrêt définitif de la saison 2019/20 en France. Ce lundi, le Süddeutsche Zeitung a cependant affirmé que le club allemand de Schalke 04 comptait instaurer un salary cap en son sein. Le plafonnement serait fixé à 2.5 millions d'euros de salaire annuel pour tout nouveau joueur s'engageant avec le club de Bundesliga et pour tout nouveau contrat signé (les salaires les plus élevés du club avoisinent actuellement les 4 millions d'euros annuels).

La manifestation des fans de Schalke avant le match contre Fribourg
La manifestation des fans de Schalke avant le match contre Fribourg © AFP

Cette mesure serait avant tout motivée par la mauvaise santé financière du club et ses résultats catastrophiques en 2020, car Schalke, qui vient de subir une correction 4-0 contre Fribourg, a conclu le championnat avec une série de 16 matches sans victoire. Ces dernières semaines, les supporters du club ont exprimé un grand mécontentement envers la direction. Ce week-end, près de 1000 fans ont même protesté publiquement, accrochant des banderoles hostiles. "Schalke n'est pas un abattoir", pouvait-on lire. "Nous devrions construire des terrains de golf pour que Clemens (Tönnies) arrête d'exploiter les travailleurs", écrivait une autre, pointant du doigt le président du club. Déjà démis de ses fonctions pendant 3 mois après des propos racistes l'an dernier, il est également critiqué dans sa gestion du groupe industriel Tönnies Holding Deutschland, deuxième plus gros producteur de viande de porc en Europe.

Prise de risque

Mais si le plafonnement des salaires est confirmé, cette décision serait un acte fort, émanant d'un club ayant la réputation de rémunérer grassement ses footballeurs. D'après le Süddeutsche Zeitung, il ne s'agit pas seulement d'une mesure d'austérité mais bien une matérialisation de la volonté de montrer l'exemple. Derrière le coup de communication, Schalke s'expose à un exil des talents. En bridant ses salaires, le club de Gelsenkirchen pourrait perdre un joueur comme Suat Serdar, 22 ans et très courtisé en Europe. Il éprouvera également plus de difficultés à attirer des recrues de premier plan... à moins qu'un jour l'Europe du football décide d'appliquer un salary cap à l'échelle européenne.

à voir aussi Faut-il s'attendre à l'instauration d'un salary cap dans le football européen ? Faut-il s'attendre à l'instauration d'un salary cap dans le football européen ?