Bundesliga : Robert Lewandowski renverse le Bayer Leverkusen, le Bayern de nouveau leader

Publié le , modifié le

Auteur·e : Guillaume Poisson
Robert Lewandowski

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Une nouvelle fois mené après un chef d'oeuvre du Bayer Leverkusen, le Bayern Munich s'en est encore sorti, notamment grâce à son serial-buteur Robert Lewandowski. Auteur d'un doublé, le Polonais a concrétisé la domination de fin de match du Bayern, et puni une équipe de Leverkusen encore séduisante ce samedi.

Et à la fin, c'est Robert Lewandowski qui marque - et gagne. Si le Bayern Munich est sorti vainqueur du choc du week-end en Bundesliga face au Bayer Leverkusen (1er avant le match), c'est bien grâce à son buteur fétiche, vainqueur du trophée Fifa The Best cette semaine. Alors que les Bavarois avaient encaissé l'ouverture du score après un quart d'heure de jeu, les hommes de Hansi Flick sont parvenus à faire le dos rond, à se relever, et à  renverser la vapeur en toute fin de match. Si la maîtrise et l'impression de facilité ne sont plus vraiment là depuis quelques semaines, le champion d'Europe en titre est en train de montrer à quel point il est résilient et réaliste. Le voilà de nouveau leader de Bundesliga, concluant parfaitement une année civile à 42 victoires (en 48 matches). Seul vrai point noir de la soirée : la sortie sur blessure de Kingsley Coman, dès la 30e minute.

Insubmersible Bayern

En quatre jours, le Bayern Munich aura donc infligé sa première défaite de la saison à Wolfsbourg (2-1, ce mardi) puis au Bayer Leverkusen. Ses deux victimes auront cru jusqu'au bout à leur invincibilité, puisqu'à chaque fois, le Bayern a plié, encaissé le premier but, failli rompre, avant de se relever, de retrouver sa maîtrise, et de l'emporter. Un joueur symbole de cette résilience : Robert Lewandowski, double buteur dans chacun de ces matches, surgissant d'on ne sait où pour fissurer, puis briser la carapace adverse. Comment fait-il ? Ce samedi, il a été au bon endroit, au bon moment, se saisissant de la moindre occasion. Sur le but de l'égalisation à la 43e minute, il a profité du premier écart adverse : la sortie ratée de Lukas Hradecky. Et à la 93e minute, il était encore là, au bout de cette ultime contre-attaque un peu désespérée, pour tromper le pauvre Hradecky. 

Entretemps, Leverkusen a fait étalage de sa fougue habituelle, portée par son quatuor de quasi-adolescents : Patrik Schick (auteur du but du week-end à la 14e minute), Moussa Diaby (encore intenable sur son flanc gauche), Leon Bailey et Florian Wirtz. Le leader a largement dominé la première période, avant de se procurer quelques occasions lors du second acte malgré un Bayern de plus en plus affirmé. La sortie de Kingsley Coman, seule mauvaise nouvelle pour Hansi Flick ce samedi, n'a en rien entamé le volontarisme des Bavarois. Ses joueurs détestent perdre, et cela s'est vu. 

Sauf peut-être chez un certain Leroy Sané, remplaçant de Coman, mais si passif et imprécis, qu'il a été lui-même remplacé par le jeune Jamal Musiala à l'heure de jeu. Sané est sorti furieux, confirmant ainsi que sa relation avec Flick n'est pas au beau fixe. Mais qu'importe : le technicien allemand peut enfin faire souffler ses héros, après une fin d'année irrespirable. Et dans la peau qui leur sied si bien : celle des leaders.