Bundesliga : large vainqueur de Francfort, Dortmund est-il prêt pour le PSG ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Erling Haaland (Borussia Dortmund) après son doublé contre l'Union Berlin
Erling Haaland (Borussia Dortmund) après son doublé contre l'Union Berlin |

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

A quatre jours de la réception du PSG en Ligue des Champions, le Borussia Dortmund s'est rassuré en championnat. Les hommes de Lucien Favre ont balayé l'Eintracht Francfort (4-0). De quoi effacer tous leurs doutes ? Pas si sûr. Etat des lieux d'une équipe aussi prolifique offensivement, qu'inquiétante défensivement.

Du travail bien fait. Opposé à Francfort en ouverture de la 22e journée de Bundesliga, le Borussia Dortmund n'a pas fait dans le détail. Au pied de leur mur jaune, les adversaires du PSG en huitième de finale de Ligue des Champions se sont promenés. Résultat : une victoire 4 à 0 grâce à des buts de Piszczek (33e), Sancho (49e), Haaland (54e) et Guerreiro (74e). Grâce à ce succès, le Borussia revient même provisoirement à un point du Bayern, leader. Une soirée parfaite ou presque, qui confirme quelques certitudes, sans dissiper tous les doutes autour du BVB. 

Une attaque en feu...

De ce côté-là du terrain, tout va exceptionnellement bien pour Dortmund. Depuis le début de l'année 2020, les chiffres sont même hallucinants : le Borussia a inscrit 22 buts en cinq matchs de championnat. Certes, Lucien Favre et son club sont chacun réputés pour leur appétit offensif depuis plusieurs saisons. Mais la puissance offensive du BVB est particulièrement impressionnante depuis plusieurs semaines. Toutefois, les adversaires récents des Borussen n'étaient pas les équipes les plus hermétiques d'un championnat, qui plus est, particulièrement favorable à l'attaque. En effet, à l'exception de Francfort (9e) et Leverkusen (5e), Dortmund a déroulé contre Augsbourg (12e), l'Union Berlin (11e) et Cologne (13e). Par ailleurs, cet allant offensif s'explique aussi par l'arrivée d'un homme : Erling Haaland. A force de marcher sur les défenses adverses, le jeune prodige norvégien a dynamisé l'attaque du Borussia pars ses buts, et la concurrence qu'il instaure.

... mais décimée

Aux côtés d'Haaland, un autre homme porte le BVB : Jadon Sancho. L'ailier anglais rayonne depuis le début de saison avec 15 buts et 17 passes décisives, et sera à surveiller de près par les Parisiens. Pourtant, l'attaque du Borussia Dortmund sera belle et bien diminuée contre le PSG, puisque privée de deux titulaires majeurs : Marco Reus, le capitaine, et Julian Brandt. Moins connu, le milieu offensif allemand est le maître à jouer du Borussia, la rampe de lancement offensive des Borussen (7 buts, 8 passes décisives). Attention quand même à Thorgan Hazard (troisième meilleur passeur de Bundesliga, ndlr), petit frère d'Eden, et Mario Götze, toujours là. En pleine forme, l'impressionnant arsenal offensif Schwarz-Gelben s'avancera tout de même sans deux pièces d'artillerie majeure, ce qui ne l'empêchera pas de frapper fort, notamment grâce à ses flancs composés de Guerreiro et d'Hakimi.        

Une défense fébrile mais en progrès

Si Dortmund marque souvent, le BVB encaisse aussi beaucoup de buts. Une remarque que l'on a beaucoup entendue après la défaite 4-3 du BVB à Leverkusen le week-end dernier. Ce qui n'est pas totalement faux, mais qu'il convient de nuancer. Par exemple, sur les cinq derniers matches, pour 22 buts inscrits, les Borussen en ont encaissé huit. Avec deux très bons gardiens, la faiblesse de la défense du Borussia réside sûrement dans son manque flagrant de vitesse. Une lacune qui peut-être compensée par l'expérience des Hummels, Piszczek ou Witsel. Sans compter sur l'arrivée en janvier d'un Emre Can revanchard au milieu de terrain. Autrement dit, on ne sait pas trop à quoi s'attendre avec cette équipe, capable du pire défensivement, mais pas tout le temps. Ainsi, en phase de poules de C1, elle n'a pas coulé face au FC Barcelone ni face à l'Inter. Contrairement aux idées reçues, seul le Bayern a atomisé l'arrière garde du BVB avec un 4 à 0, début novembre.

Un public unique

Enfin, l'une des principales forces - si ce n'est la principale - de Dortmund face au PSG sera son stade. Porté par un public exceptionnel, et notamment son mur jaune, le Borussia est capable de tout. Le monde du foot le sait, le PSG le sait. Et au cas où on l'aurait oublié, le Signal Iduna Park l'a rappelé ce soir. Jugez plutôt :