Berlin rejette l'idée d'un retour des supporteurs de football dans les stades

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Stade Allemagne
La Mercedes-Benz Arena, stade situé à Stuttgart dans le Land de Bade-Wurtemberg en Allemagne. | MARIJAN MURAT / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, a indiqué jeudi rejeter l'idée d'un retour des supporteurs de football dans les stades. Selon lui, le retour dans les stades, alors que le pays fait face à une augmentation des cas de coronavirus, ne serait pas un bon signal.

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a rejeté lundi l'idée d'un retour des supporteurs de football dans les stades, estimant que ce serait envoyer "un mauvais signal" alors que le pays connait une recrudescence de la pandémie de coronavirus. "Des milliers de supporteurs dans les stades, cela ne va pas avec l'évolution actuelle" du nombre d'infections, a jugé Jens Spahn. "Il s'agit maintenant de ne pas prendre de risques évitables", a relevé le ministre conservateur. "Nous sentons que nous devons rester vigilants. Dans la situation actuelle, des milliers de supporteurs dans les stades constituerait un mauvais signal", a-t-il précisé. 

La Ligue allemande de football pour un retour partiel 

La Ligue allemande de football (DFL) prône un retour partiel du public dans les stades de Bundesliga, dont la nouvelle saison doit débuter mi-septembre. Elle avait présenté dans cette optique un protocole sanitaire détaillé en juillet. Début août, les 36 clubs professionnels allemands de première et deuxième division s'étaient accordés sur ce modèle proposé par la DFL pour permettre le retour des supporters.

Parmi les mesures proposées figurent l'interdiction des places debout, de la vente d'alcool dans les stades jusqu'en octobre, ainsi que des déplacements de supporters pour les matches à l'extérieur jusqu'à la fin de l'année. Mais les autorités allemandes n'avaient pas caché leur prudence, alors que beaucoup s'inquiètent d'un rebond de l'épidémie à la faveur notamment des retours de séjours à l'étranger de vacanciers allemands. "Le football professionnel n'est pas en haut de la liste de priorités des ministres de la Santé", avait averti la présidente de la conférence des ministres régionaux de la Santé, Dilek Kalayci, avant la réunion de lundi.

Le sujet fait débat en Allemagne

Jens Spahn a jugé que le protocole de la ligue de football était "bon en théorie" mais que ce qui était "décisif", c'était "la pratique au quotidien". Markus Söder, le dirigeant de la Bavière (sud), région qui abrite le club le plus titré du pays, le Bayern Munich, a également fait part de son scepticisme, estimant qu'il ne serait "pas malin" d'avoir "20 000 à 25 000 personnes dans les stades" au moment où dans sa région les enfants retourneront déjà à l'école pour la rentrée des classes.

La fédération des médecins allemands, le "Marburger Bund", s'est également prononcée contre la réouverture des tribunes : "Le danger de contamination massive serait réel", a assuré sa présidente Susanne Johna dans le quotidien Neue Osnabrücker Zeitung. Après une pause forcée, la Bundesliga avait pu reprendre au printemps pour terminer la saison, mais les matches se déroulaient à huis clos. En Allemagne, pays fédéral, les Länder (Etats régionaux) sont responsables des mesures de prévention contre le nouveau coronavirus. L'Allemagne a d'ores et déjà décidé que tous les grands rassemblements resteraient prohibés jusqu'au 31 octobre.

AFP