Bayern - Chelsea : Robert Lewandowski, un goleador en quête de reconnaissance 

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Robert Lewandowski
Robert Lewandowski, attaquant du Bayern Munich | ALEXANDER HASSENSTEIN / GETTY IMAGES EUROPE/POOL / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Auteur d’un but et de deux passes décisives à l’aller, Robert Lewandowski retrouve ce soir Chelsea en huitième de finale retour de Ligue des champions avec le Bayern (0-3 à l’aller). A bientôt 32 ans, le buteur polonais est certainement dans la forme de sa vie, et peut-être le meilleur joueur européen du moment. Pourtant, ce travailleur acharné demeure dans l’ombre des autres géants du football.

Ne cherchez pas le grand perdant de l’annulation du ballon d’or 2020, vous l’avez sous les yeux : Robert Lewandowski. Cent quatre-vingt-quatre centimètres de pur talent qui, à l’image du bon vin, ne font que s’améliorer avec l’âge. A bientôt 32 ans (il les fêtera le 21 août), Lewandowski est sans doute au cœur de son plus grand millésime. Un seul chiffre suffit à le démontrer : son ratio de 1,09 but par match. Concrètement, cela représente 34 réalisations en 31 matches de championnats. Lunaire. Mais pas suffisant pour être soulier d’or européen puisque c’est l’Italien Ciro Immobile qui s’est offert ce titre honorifique, avec 36 buts en Serie A.

Mieux que Messi et Ronaldo

Encore une fois, le destin relègue Robert Lewandowski au second rang, dans l’ombre. Pourtant, les mêmes chiffres qui offrent ce titre à Immobile confirment que Lewandowski a fait une meilleure saison. Et pour cause : en Italie, le buteur de la Lazio Rome a disputé 37 matches de championnat (sur 38), et affiche donc un ratio inférieur (1,02 but par match) à celui de Lewandowski (31 matches sur 34). Au total, l’attaquant polonais du Bayern a inscrit la bagatelle de 51 buts en 49 matches en 2019-2020, dont 11 en Ligue des champions. Ce qui est déjà son meilleur total dans la compétition, mieux que les dix inscrits en 2012-13 lorsqu’il avait atteint la finale avec Dortmund.

à voir aussi Lewandowski, Benzema, Ronaldo... Qui sont les grands perdants de l'annulation du Ballon d'Or ? Lewandowski, Benzema, Ronaldo... Qui sont les grands perdants de l'annulation du Ballon d'Or ?

Des statistiques hallucinantes, qui auraient dû ouvrir à Lewandowski la route vers le ballon d’or 2020. Nommé 5 fois (2013, 2015, 2016, 2017, 2019, avec pour meilleur classement 4ème en 2015, le Polonais avait toutes les cartes en main cette année. “Je crois que Robert Lewandowski joue une saison fantastique et il a peut-être réalisé la meilleure saison de sa carrière. Malheureusement, France Football a annulé le Ballon d'Or, nous ne sommes pas très heureux et au final ce n'est pas très juste, pas seulement pour le Bayern mais aussi pour Robert Lewandowski qui aurait pu gagner”, a ainsi regretté publiquement Karl-Heinz Rummenigge, dirigeant du Bayern et ballon d’or 1980 et 1981. “Je parlerai peut-être plus tard à Gianni Infantino pour essayer de le convaincre qu'il contacte France Football ou la FIFA pour qu'ils puissent organiser un Ballon d'Or'', a insisté l’Allemand, amer.

Plus neutre, le Brésilien Rivaldo, ballon d’or 1999, est du même avis : “L'attaquant polonais a été magnifique alors que le Bayern a remporté son huitième titre consécutif en Bundesliga et qu'il reste encore la Ligue des champions à venir, il était donc bien placé pour se battre avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo pour le trophée". D’un point de vue statistiques, Lewandowski avait même distancé Messi et Ronaldo, auteurs respectivement de 30 et 35 buts cette saison en club. Pourtant, comparé aux deux monstres, le Polonais demeure relativement méconnu. Et ce malgré ses 8 titres de champion d’Allemagne et 4 coupes d’Allemagne. Au delà du niveau, l’écart de notoriété vient peut-être du fait que Lewandowski n’a jamais remporté la reine des épreuves : la Ligue des champions. Bien parti pour se qualifier en quart de finale après la victoire 3-0 à l’aller à Chelsea, le Bayern pourrait enfin lui en offrir cette année. A moins que ce ne soit l’inverse.