Allemagne : Les stades pourraient rester vides pendant plus d'un an selon des experts

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Le stade du Borussia Mönchengladbach vide contre Cologne pour lutter contre le coronavirus
Le stade du Borussia Mönchengladbach vide contre Cologne pour lutter contre le coronavirus | ROLAND WEIHRAUCH / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Et si les stades restaient vides aussi en 2021 ? C'est l'hypothèse avancée par le président de l'Académie nationale des sciences allemande, qui conseille le Gouvernement outre-Rhin. Les grandes enceintes comme les stades et les salles de concert pourraient ainsi rester sans public pendant plus d'un an afin de lutter contre le coronavirus.

Les amateurs de football ou de concert pourraient être privés de leurs spectacles préférés pendant encore un an et demi dans le pire des scénarios, selon le président de l'Académie nationale des sciences allemande.

Maintenir la fermeture des stades et des salles pendant encore dix-huit mois "serait certainement très avisé", a déclaré Gerald Haug, le président de l'Académie des Sciences Leopoldina, dont les avis sont suivis par le gouvernement pour décider des mesures de lutte contre la pandémie de nouveau coronavirus. "Quant à savoir si ça va durer un an et demi, il faut attendre, il y a des évaluations plus optimistes", a-t-il admis dans une interview lundi soir à la chaîne publique ARD. "Mais ça va certainement durer plusieurs mois encore, ça pourrait aller jusqu'à un an et demi".

Réunion de la Ligue vendredi

Lundi, l'Académie a prôné un retour "par étapes" à la normale si notamment les chiffres des nouvelles contaminations "se stabilisent à un bas niveau" et si "les mesures d'hygiène sont maintenues".

Les salles de spectacle et les stades sont fermés depuis mi-mars partout en Allemagne.

La Ligue allemande de football (DFL) doit se réunir vendredi pour décider d'une éventuelle reprise du championnat début mai, avec uniquement des matches à huis clos si les autorités sanitaires donnent leur feu vert.

AFP