Götze Allemagne Argentine
Mario Götze restera à tout jamais l'unique buteur en finale contre l'Argentine (1-0, a.p.). | JORGE ARCIGA / NOTIMEX

Allemagne-Argentine: des retrouvailles, pas une revanche

Publié le , modifié le

Cinquante-et-un jours après son triomphe mondial au Brésil, l'Allemagne retrouve l'Argentine, sa dernière victime vers la "4e étoile", privée cette fois de Lionel Messi, à Düsseldorf.

Les deux sélectionneurs sont d'accord: ce match, annoncé fin mars par la  fédération allemande "pour affronter des grandes nations", n'est en aucun cas  une revanche mais marque la fin d'un cycle en route vers de nouvelles aventures. "En quelque sorte le point final du Mondial au Brésil" et le début d'une  nouvelle ère avec de nouvelles ambitions très affirmées, pour Löw, déjà tourné  vers l'Euro-2016 dont les qualifications débute dimanche contre l'Ecosse.

Si 41 millions d'Argentins nourrissent un espoir de revanche, "gagner n'est  pas la priorité", a assuré Gérardo Martino, qui étrennera son statut de   sélectionneur en remplacement d'Alejandro Sabella, qui a refusé de prolonger  son contrat à la tête de l'Albiceleste. Les souvenirs seront évidemment nombreux dans les deux camps. Excellents  pour les Allemands et particulièrement Mario Götze, le buteur providentiel de  la finale, et Löw débarrassé enfin de l'étiquette de "loser".

Moins bons pour les Argentins dont l'attaquant Gonzalo Higuain, qui avait  manqué une superbe occasion seul devant le portier allemand Manuel Neuer. Löw sera privé de huit champions du monde, dont Bastian Schweinsteiger,  tout fraichement nommé pour succéder au poste de capitaine à Philipp Lahm, l'un  des trois joueurs à avoir pris sa retraite internationale avec Miroslav Klose  et Per Mertesacker. En revanche, il peut compter sur les retours du buteur Mario Gomez et du  milieu offensif Marco Reus, certainement affamés après avoir manqué la belle  aventure brésilienne. "Super Mario" n'avait pas été retenu par Löw alors que  "Rolls Reus" s'était blessé en amical la veille du départ...

Privé de Messi 

Une chose est sûre: "le succès nous a rendu encore plus affamés", a affirmé  Löw qui espère récupérer Jerome Boateng, Mats Hummels et Mesut Özil pour le  match contre l'Ecosse dimanche, rampe de lancement des qualifications à  l'Euro-2016. "Notre objectif est clair: on ne veut plus attendre aussi longtemps  jusqu'au prochain titre. On veut attaquer l'Euro-2016 pour jouer pour le  titre", a assuré Löw en laissant "la porte ouverte" à "l'intégration de  nouveaux joueurs". Après l'Ecosse, "où on vise les trois points", la sélection de Löw compte  encore quatre sorties à son programme 2014 dont trois étapes de qualification  européenne: le 11 octobre contre la Pologne à Varsovie, le 14 contre l'Irlande  à Gelsenkirchen et le 14 novembre contre Gibraltar à Nuremberg.

La Mannschaft terminera l'année par un match amical le 18 novembre à Vigo  contre l'Espagne. Privé de Messi, son maître à jouer et buteur providentiel, Martino peut  cependant compter sur Di Maria, récemment transféré du Real Madrid à Manchester  United pour 75 millions d'euros, Sergio Agüero (Manchester City), Javier  Mascherano (Barcelone) et Gonzalo Higuain (Naples). Aux mondialistes, il a ajouté Erik Lamela (Tottenham) et Nicolas Gaitan  (Benfica) alors que le Parisien Ezequiel Lavezzi est incertain, en raison d'une  lombalgie. Comme son prédécesseur, le sélectionneur comptait confier le brassard de  capitaine à Messi, mais une douleur à l'aine apparue dimanche lors de la  victoire 1-0 du Barça à Villarreal, en Liga.

La page du Mondial tournée, les Argentins regardent désormais vers la Copa  América de juin 2015, au Chili, avant d'entamer le tournoi de qualification  sud-américain pour le Mondial-2018 en Russie. "Ce dont nous avons besoin, c'est de rassembler les joueurs autour d'une  idée différente, car il y a un encadrement différent", a souligné l'ancien  coach du Barça.

AFP