Algérie/Mort d'Ebossé: le ministre des Sports écarte un "acte prémédité"

Algérie/Mort d'Ebossé: le ministre des Sports écarte un "acte prémédité"

Publié le , modifié le

La thèse d'un "acte prémédité" dans la mort du footballeur camerounais Albert Ebossé, à la fin d'un match du championnat d'Algérie en août, est "complètement à écarter", a affirmé ce mardi le ministre algérien des Sports. "Nous avons reçu une enquête administrative qui évoque, si on peut le dire, un homicide involontaire. Les joueurs présents dans le stade étaient tous visés par des projectiles. La thèse de l'acte prémédité est donc à écarter", a déclaré le ministre Mohamed Tahmi à la radio algérienne.

Le ministre, lui-même médecin, conteste ainsi la thèse privilégiée par une  contre-autopsie effectuée au Cameroun à la demande de la famille de l'attaquant. Ebossé, 25 ans, attaquant de la JS Kabylie et meilleur buteur du  championnat la saison passée, est mort le 23 août à la fin d'un match perdu à  domicile (2-1) face à l'USM Alger. 

"L'affaire est à présent entre les mains de la justice qui va déterminer  les responsabilités qui seront par la suite assumées par les parties  concernées", a souligné le Dr Tahmi. Selon la version des médecins algériens, défendue par le club, Ebossé a été  tué par un objet tranchant lancé des tribunes. La contre-autopsie camerounaise conclut à un décès "des suites d'une  agression brutale avec polytraumatisme crânien" lors d'une rixe dans les  vestiaires après la rencontre.

AFP