Ajaccio, Troyes, Clermont et Boulogne-sur-Mer, les barragistes repartent en révisions

Publié le , modifié le

Auteur·e : Manu Roux
Les joueurs de l'Estac ont repris l'entraînement, le 24 juin 2020
Les joueurs de l'Estac ont repris l'entraînement, le 24 juin 2020 | MaxPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L’AC Ajaccio, Troyes, Clermont (Ligue 2) et Boulogne-sur-mer (National) n’auront donc pas eu gain de cause: les barrages L1-L2 et L2-National ne se tiendront pas cette année. Malgré la colère et la frustration, ces naufragés du Covid-19 ont repris le chemin de l’entraînement et reporté leurs espoirs de montée sur la prochaine saison.

Le 26 juin dernier, le Conseil d’Etat a sifflé la fin du match. Ce jour-là, la plus haute juridiction administrative du pays déboutait les clubs de Troyes et Clermont, respectivement 4ème et 5ème de Ligue 2 au moment de l’arrêt du championnat, qui contestaient la décision du conseil d’administration de la LFP de ne pas organiser les barrages d’accession à la L1. L’AC Ajaccio, 3ème, avait quant à lui déjà abandonné tout recours. « Je reste persuadé qu’on aurait pu les organiser, ces barrages. Les deux finales de Coupes vont bien avoir lieu » lâche, amer, Pascal Gastien, l’entraîneur du Clermont Foot 63. « On avait encore un petit espoir avant le Conseil d’Etat mais bon, vu la tournure des événements, on s’est vite rendu compte que personne n’avait envie qu’on joue ces barrages...La FFF et la LFP ne nous ont pas aidés sur ce coup-là. C’est dommage parce qu’on était bien parti pour aller au bout mais bon, c’est une affaire classée maintenant... » renchérit le technicien auvergnat, qui n’a pas eu de successeur cette saison pour le titre de meilleur entraîneur de Ligue 2.

Privé de dessert, le groupe clermontois a repris l’entraînement ce lundi avec beaucoup d’appétit. « Il faut vraiment qu’on se projette très vite sur le prochain exercice en tirant un trait sur ce qu’il s’est passé » met en garde Pascal Gastien. «Personne ne viendra pleurer sur notre sort si par malheur ça se passait moins bien pour nous cette saison. Donc on a tout intérêt à continuer sur notre lancée des quinze derniers matches disputés avant l’arrêt du championnat. J’ai confiance en mon groupe, même si je sais qu’on n’a pas beaucoup de marge sur les autres formations de Ligue 2.» L’ancien capitaine de la grande époque des Chamois niortais sait qu’il devra très vraisemblablement composer sans l’Autrichien Adrian Grbić, deuxième meilleur buteur de L2 la saison dernière (17 buts), courtisé par plusieurs clubs de l’élite (Brest, Lens et Lorient notamment). « Si on était monté, je pense qu’il serait resté. Il aurait eu tout intérêt à continuer ici en tout cas » lâche Pascal Gastien, avec une dernière pointe de regret. 

Boulogne devant le CNOSF jeudi

Si les barragistes de L2 semblent aujourd’hui résignés, Boulogne-sur-mer, qui a repris l’entraînement le 22 juin, n’a pas encore lâché l’affaire. 3ème de National au moment de l’arrêt du championnat, le club de la Côte d’Opale aurait dû, en théorie, disputer un barrage d’accession face à Niort, 18ème de L2; une double confrontation aller-retour qui s’est elle aussi volatilisée en raison du Covid-19. « Les barrages auront lieu! » martelait pourtant sur notre site le président Reinold Delattre avant de se rendre à l’évidence: il n’y aura pas de « rab » ni de «happy end » pour les Boulonnais cette année. Le dirigeant du club nordiste, qui ne souhaite plus s’exprimer sur le sujet, a déposé un ultime recours devant le CNOSF dont le verdict est attendu jeudi. Mais il y a peu d’espoirs que Boulogne intègre finalement le casting de la L2 (qui compte déjà 20 clubs) la saison prochaine. Dans le doute, la municipalité a décidé de mettre le stade de la Libération aux normes requises pour évoluer à l’échelon supérieur, en remplaçant l’ancienne pelouse par un gazon hybride et en aménageant différents locaux (infirmerie, salle antidopage, salle de presse) pour un coût total avoisinant le million et demi d’euros.

Mais le club, lui, se prépare à vivre une nouvelle saison en National bon gré, mal gré. Après avoir redouté une hémorragie concernant les départs, le club boulonnais, qui a passé sans encombre l’examen de la DNCG, a activé les réseaux de son entraîneur Laurent Guyot et de son directeur sportif Aurélien Capoue pour maintenir un effectif compétitif et ambitieux en vue du prochain exercice. Le duo d’anciens Nantais, qui a toujours ses antennes du côté de la Jonelière, peut d’ailleurs se féliciter du récent recrutement de James Eto’o, non retenu par les Canaris. Et même si le jeune milieu de terrain camerounais (19 ans) n’a aucun lien de parenté avec Samuel, le slogan pour la campagne d’abonnements semble déjà tout trouvé:  Eto’o, un grand nom pour un grand oui à la Ligue 2 en fin de saison! Et si possible, sans passer par les barrages. Ce serait plus sûr.

Manu Roux ManuRouxJO