Terrible image de violence
Une barre avec un clou au bout sur un homme déjà à terre, l'une des terribles scènes de violence en marge du match entre l'Atletico et Vasco | AFP - HEULER ANDREY

Affrontement entre supporteurs au Brésil

Publié le , modifié le

Trois personnes ont été grièvement blessées à Santa Catarina lors d'affrontements entre supporteurs en marge du match entre l'Atletico Paranense et de Vasco de Gama. Des supporteurs des deux clubs ont commencé à se battre à coups de pied et de poing dans les tribunes, à la 17e minute du match, alors qu'Atletico menait 1 à 0. L'Atletico s'est imposé (5-1), envoyant Vasco en 2e division.

Le journal O Estado de Sao Paulo parlait lui de quatre blessés  hospitalisés, dont deux dans un état préoccupant. L'un souffre d'un traumatisme crânien. Les forces de l'ordre sont intervenues avec un temps de retard parce que "la sécurité du match était sous la responsabilité d'une société privée engagée par le club Atletico", a déclaré le porte-parole de la police Adilson Moreira. "La police militaire devait surveiller l'extérieur du stade", a-t-il ajouté.

Le match a été interrompu pendant plus d'une heure avant de reprendre. Entre temps, un hélicoptère de la de la police s'est posé sur le terrain pour mettre fin aux affrontements et venir en aide aux blessés. Durant l'interruption, Luiz Alberto, un joueur de l'Atletico, était en larmes expliquant que les joueurs avaient "demandé aux gens d'arrêter de se battre, mais ils ne nous ont pas écoutés." Pedro Ken, joueur de Vasco, regrettait: "Les gens ont peur. Il y a beaucoup de familles, d'enfants qui sont dans le stade." Il était d'autant plus soucieux que des membres de sa famille étaient venus au stade. "Je ne sais pas où ils sont dans le stade. Je n'ai pas le moyen de me préoccuper de mon père et de ma mère. C'est difficile dans la tête."

La sécurité, l'une des préoccupations de la FIFA pour le Mondial

"Il est regrettable de voir ce genre d'images au moment où l'on parle de la  prochaine Coupe du monde dans le pays", a déclaré le directeur technique de  Vaso, Adilson Batista. Santa Catarina ne fait pas partie des villes hôtes du Mondial-2014, qui  commence le 12 juin. Le procureur général du Tribunal supérieur de justice sportive, Paulo Schmitt, a annoncé qu'il allait mettre en cause les deux clubs et a demandé des mesures plus énergiques contre les violences dans les stades.

Deux jours après le tirage au sort des groupes de la Coupe du monde à Costa do Sauipe, et à six mois du Mondial, ces scènes vont forcément avoir de fortes répercussions. Car la presse mondiale a rapidement relayé ces faits. Depuis longtemps pointée du doigt comme l'une des possibles faiblesses du Brésil-2014 (lire le dossier réalisé à J-900 du début du Mondial), la sécurité va revenir au premier plan des discussions entre la FIFA et les organisateurs. 

Vidéo : les violences dans le stade ( images TV Globo)

AFP