Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo | FRANCISCO LEONG / AFP

Affaire Ronaldo : L'avocat du joueur évoque "une relation complètement consentie"

Publié le

Visé par des accusations de viol aux Etats-Unis, Cristiano Ronaldo a réagi par l'intermédiaire de son avocat Peter Christiansen, qui a expliqué que son client avait eu une relation "complètement consentie" à l'époque des faits.

Après les accusations de viol visant la star de la Juventus Cristiano Ronaldo, l'avocat du joueur, Peter Christiansen, a tenu à réagir, mercredi. "Ronaldo est contraint de briser le silence", a commencé par affirmer l'avocat du Portugais, dans un communiqué envoyé par Gestifute, la société qui gère la carrière du joueur lusitanien. Le footballeur "nie fermement toutes les accusations (...). Ce qui est arrivé en 2009 à Las Vegas a été complètement consenti", a poursuivi l'avocat.  

Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo © Chen chen / Imaginechina

Un accord aurait bien été signé

Le quintuple Ballon d'Or se trouve actuellement dans la tourmente après des accusations de viol aux Etats-Unis, une affaire qui remonte à près de dix ans. La semaine dernière la police de Las Vegas a ouvert une enquête sur les accusations portées par Kathryn Mayorga, 34 ans aujourd'hui, qui affirme dans une plainte au civil que le footballeur l'a violée le 13 juin 2009. CR7 avait déjà "vigoureusement" démenti ces accusations, expliquant que le viol était "un crime abominable". Mais depuis, des médias ont publié des extraits supposés d'un accord que le joueur aurait signé avec la plaignante.
 

"Cristiano Ronaldo ne nie pas qu'il a accepté de sceller un accord" mais "les documents qui sont censés contenir des déclarations de Monsieur Ronaldo et qui ont été reproduits dans les médias sont de pures inventions", selon l'avocat du joueur. "Cet accord ne constitue pas un aveu", a-t-il souligné. "Ronaldo s'est limité à suivre l'avis de ses conseillers afin de mettre un terme aux accusations scandaleuses portées à son encontre" et qui "ruinent sa réputation", a ajouté Christiansen. 

AFP