Noël Le Graet et Sepp Blatter
Noël Le Graet aux côtés de Sepp Blatter lors de l'attribution à la France de l'organisation de la Coupe du monde féminine en 2019. | FABRICE COFFRINI / AFP

Affaire Blatter: perquisition à la Fédération française de football

Publié le , modifié le

Une perquisition a été menée mardi par les autorités françaises au siège de la Fédération française de football en lien avec l'enquête menée en Suisse visant l'ex-président de la Fédération internationale Joseph Blatter, a annoncé ce mercredi la justice suisse. "Le parquet financier français a effectué hier (mardi) une perquisition dans les locaux de la Fédération française de football (FFF) à Paris", annoncent les services du procureur général suisse dans un communiqué, en précisant que cette perquisition était "liée à la procédure visant M. Joseph Blatter" concernant le paiement controversé de 2 millions de francs suisses à Michel Platini.

La perquisition qui s'est déroulée mardi au siège de la Fédération française de football (FFF) visait "des documents relatifs aux modalités de collaboration de Michel Platini avec la Fifa sur la période 1998-2002", a indiqué la FFF à l'AFP. "La Fédération confirme cette mise à disposition des autorités suisses et françaises", a détaillé la FFF.

Paiement controversé de 1,8 M CHF

"Des documents ont été saisis en lien avec le paiement suspect de 2 millions CHF qui fait entre autres l'objet d'une procédure", a ajouté le ministère public de la Confédération. Joseph Blatter, qui fête jeudi ses 80 ans, a été mis en examen le 24 septembre pour "soupçon de gestion déloyale" et "abus de confiance" pour deux motifs: le paiement controversé de 1,8 M CHF en 2011 à Michel Platini, 9 ans après la fin de la mission justifiant ce salaire et l'octroi au sulfureux Jack Warner, dans des conditions bien inférieures au prix du marché d'un contrat de droits de télévision. Dans le cadre de cette procédure, Michel Platini avait lui été entendu sous le statut de témoin assisté. 

De plus, en raison de ce paiement suspect, Blatter et Platini ont été suspendus 8 ans de toute activité liée au football par la justice interne de la Fifa, suspension ramenée en appel à 6 ans. Cette suspension a empêché le Français de se présenter à la présidence de la Fifa. Le 26 février, l'Italo-Suisse Gianni Infantino été élu à la présidence de la Fifa. Le même jour, un vaste plan de réformes a été adopté, visant à restaurer la crédibilité d'une institution secouée par le plus vaste scandale de corruption de son histoire.

A lire aussi : Blatter très surpris de la perquisition à la Fédération française

Contrat oral​

Tout a commencé le 27 mai dernier quand, à la demande de la justice américaine, sept hauts dirigeants du football international sont arrêtés à Zurich. Au total, 14 personnes (dont 9 membres ou anciens membres de la Fifa) sont mises en cause. L'acte d'accusation américain parle de quelque 150 millions de dollars (132 millions d'euros) de pots-de-vin et de rétrocommissions, depuis les années 1990. Malgré ce coup de tonnerre, Blatter fut réélu à la présidence de la Fifa pour un 5e mandat mais sous la pression, il annonça le 2 juin sa démission tout en décidant de rester en poste jusqu'à l'élection de son successeur.

Début octobre, Blatter et Platini furent suspendus à titre provisoire pour 90 jours par la commission d'éthique de la Fifa, pour ce paiement de 1,8 M EUR pour lequel les deux hommes, jusqu'ici les plus puissants de la planète football, avancent un contrat oral, type d'engagement reconnu en Suisse. Le 21 décembre, Blatter et Platini furent suspendus. Platini assure depuis qu'il va se battre "contre cette injustice, de tribunaux en tribunaux", mais admet que son image est "écornée".

Les avocats de Michel Platini ont affiché leur satisfaction. "Nous nous félicitons de cette nouvelle étape car le plus tôt la justice suisse aura achevé son instruction, le plus tôt Michel Platini sortira de la rubrique des faits divers dans laquelle il n'a pas sa place", ont commenté les conseils de l'ancien capitaine des Bleus dans un communiqué.

Vidéo : Fifa : le système Blatter 

AFP