Adil Rami à l'entraînement avec Fenerbahçe
Adil Rami à l'entraînement avec Fenerbahçe | Orhan Akkanat / ANADOLU AGENCY

Adil Rami s'explique sur sa photo où il effectue le même salut militaire que les joueurs turcs

Publié le , modifié le

Depuis hier soir, Adil Rami est au centre des polémiques autour de sa photo de profil Instagram. On l'y voit effectuer le même salut militaire que les joueurs turcs, qui a poussé l'UEFA à ouvrir une enquête disciplinaire pour "provocation politique" contre la Turquie. Adil Rami s'est finalement expliqué dans une vidéo publiée jeudi après-midi, dans laquelle il met en avant le fait qu'il s'agit de sa photo de profil depuis plus d'un mois.

Cela faisait un peu plus de deux mois que l'on avait pas entendu parler de lui. Adil Rami, licencié en août dernier par l'Olympique de Marseille pour "faute grave", est à nouveau au centre d'une polémique qui a éclaté hier soir. Selon plusieurs médias, le nouveau défenseur du Fenerbahçe aurait en effet actualisé sa photo de profil Instagram mercredi, sur laquelle on le voit poser dans le stade Sükrü-Saracoglu, effectuant fièrement un salut militaire. Un geste effectué par les joueurs de la sélection turque lors de ses deux matches de qualification pour l'Euro 2020, vendredi et lundi dernier, contre l'Albanie et la France, en soutien à l'offensive menée contre les Kurdes par Recep Tayyip Erdogan et son armée dans le nord de la Syrie.

Ce geste, répété à plusieurs reprises par les joueurs turcs, a mené l'UEFA à ouvrir une enquête disciplinaire contre la Turquie pour "provocation politique". D'après les articles relayés aujourd'hui, Adil Rami serait donc tombé les deux pieds en avant dans la polémique, mettant en avant cette photo accompagnée en-dessous de la mention #onauralesméchants, une de ses expressions favorites. Les réactions se sont alors multipliées après la publication de ce cliché - positives du côté des supporters turcs -, poussant le champion du monde à réagir dans une vidéo publiée jeudi après-midi, toujours sur son compte Instagram.

à voir aussi L'UEFA ouvre une procédure contre la Bulgarie et une enquête disciplinaire contre la Turquie L'UEFA ouvre une procédure contre la Bulgarie et une enquête disciplinaire contre la Turquie

"Je fais cette petite vidéo pour parler de ce qui se dit en France aujourd'hui dans les médias", commence par annoncer Adil Rami dans la vidéo qui dure 54 secondes, avant de poursuivre : "Sincèrement, lâchez-moi la grappe. Vous me fatiguez, c'est un truc de fou. Je vais rester souriant et poli, mais ça ne me fait pas rigoler". Le défenseur se justifie en expliquant que cette photo, prise lors de sa signature à Fenerbahçe, a été publiée il y a plus d'un mois et demi en tant que photo de profil sur son compte Instagram et accuse les médias de ne pas vérifier les informations transmises par leurs sources.

Un geste régulièrement effectué par Rami

Depuis, plusieurs photos ressortent de manière à faire dégonfler la polémique, Adil Rami effectuant régulièrement ce geste, notamment après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde en 2018. Un journaliste de RMC a également partagé le communiqué de l'avocat d'Adil Rami, Jules Plancque, publié aujourd'hui et qui tend à nier l'intention supposée du défenseur central de soutenir les troupes turques : "Les informations reprises [par les médias] sont fausses et manifestement diffamatoires. [...] Ensuite, contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, la photo du profil Instagram de Monsieur Adil Rami n'a aucunement été changée ce mercredi, mais quelques jours après sa présentation officielle par le club de Fenerbahçe, comme il est coutume de le faire pour un joueur de football professionnel."

Difficile de savoir si ce cliché était déjà la photo de profil d'Adil Rami avant le début de la polémique hier, ou si des supporters turcs ont simplement profité de la symbolique du geste pour l'instrumentaliser et mettre en avant le soutien supposé de l'international français aux troupes militaires turques. Dans ce dernier cas, la réussite est totale, puisque même des supporters de clubs rivaux du Fenerbahçe ont apprécié le geste.

Denis Menetrier @DMenetrier