Kekoa Crawford et les Golden Bears vont pouvoir percevoir des rémunérations.
Kekoa Crawford et les Golden Bears vont pouvoir percevoir des rémunérations. | AFP

USA : des athlètes universitaires vont pouvoir être rémunérés, une révolution

Publié le , modifié le

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a acté lundi la possibilité pour les athlètes universitaires de son état de percevoir des droits d'images et de signer des contrats publicitaires, une révolution car il était jusqu'ici impossible à ces sportifs de prétendre à toute rémunération.

C'est un serpent de mer du monde sportif aux Etats-Unis : les athlètes universitaires doivent-ils être rémunérés comme des professionnels ? Pour le gouverneur de Californie Gavin Newsom, la réponse est désormais oui. Le texte ratifié par le gouverneur entre en contradiction directe avec le règlement de l'instance de représentation du sport universitaire américain, la NCAA, qui interdit aux athlètes de recevoir toute rémunération outre leur bourse universitaire.

Pour les élus californiens, il s'agissait de permettre aux athlètes de percevoir une partie de la manne considérable que génère le sport universitaire aux Etats-Unis, essentiellement concentrée autour du football américain et du basket.

Des contrats en or massif, rien pour les joueurs

En 2012, la chaîne ESPN a notamment signé un contrat de 7,2 milliards de dollars sur 12 ans pour les droits de diffusion des seules phases finales de la saison de football américain universitaire.

Selon le quotidien USA Today, le budget de l'équipe de football américain de l'université de Texas atteignait 206 millions de dollars en 2017-18, une somme dont les joueurs de l'équipe n'ont pas vu un centime hormis la prise en charge de leurs frais de scolarité et d'hébergement.

LeBron James en soutien

"Ce modèle est en faillite. Il met les institutions avant les étudiants qu'elles sont censées servir", a fait valoir, dans un communiqué, le gouverneur de Californie après avoir ratifié le texte. Gavin Newsom a signé le document en présence du basketteur professionnel LeBron James, fervent soutien du texte, ainsi que de la basketteuse professionnelle Diana Taurasi.

La loi ne s'applique qu'aux établissements universitaires situés en Californie, qui compte quelques équipes de football américain de premier plan, comme UCLA, Stanford ou USC.

"C'est le début d'un mouvement national, qui transcende les frontières géographiques et partisanes", a affirmé le gouverneur de Californie. "Les athlètes universitaires risquent tout, leur santé, leurs possibilités de carrière et des années de leur vie" en jouant pour des universités qui "les empêchent d'en retirer le moindre dollar".

La NCAA invoque "de la confusion"

Pour la NCAA, cette nouvelle loi "crée de la confusion pour les athlètes universitaires d'aujourd'hui et de demain, les entraîneurs, les administratifs et les campus, et pas seulement en Californie".

L'association a indiqué, dans un communiqué, qu'elle allait "étudier les prochaines étapes", sans préciser si elle saisirait ou non la justice pour faire obstacle au nouveau texte californien. Elle a brandi la menace d'"un mélange de différentes lois dans différents Etats" qui risquerait, selon elle, de mettre en danger le bon fonctionnement des compétitions.

AFP

Football Américain